Mise en avant

Corso Francia

Corso Francia, à Turin, est la plus longue avenue d’Europe. Comme le symbole des chemins qui mènent Pétrarque de Montpellier à Rome, de Bologne à Avignon, de Vaucluse à Padoue. C’est aussi une infinie galerie de rêves. Dans son autobiographie Lessico famigliare, Natalia Ginzburg déambule sur le Corso Francia et rêve à cette France étrangère et voisine, qui lui semble si proche, si tangible, au bout de l’avenue, à peine ravie par la barrière des Alpes. Elle pourrait presque y être, y partir, y vivre, comme son frère Mario (ma com’è diventato francese !). Douze ans plus tôt, dans son Voyage en Italie, Giono arrive à Turin après avoir traversé les Alpes. Sa chambre donne sur le Corso Francia, qui lui paraît débordant d’italianité et qu’il oppose à Marseille, ville vulgaire. Ciel saisi et thème de fugue, territoire et horizon, Corso Francia porte le rêve d’ailleurs étrange et pénétrant qui polarise mutuellement la France et l’Italie. Il est poste de frontière, lieu de rêverie, passage, transport.

Corso Francia suscite toujours une rêverie sur le trottoir étranger de son cours. En face, ici, au bout, là-bas, c’est l’Autre, la Vie, le Bonheur. La Vita nova. Nom de rue et nom de pays, Corso Francia opère le passage de l’un à l’autre dans le monde (de Turin à Grenoble) mais aussi dans la langue : le mot est italien mais ce qu’il dit, c’est la France. Il s’accomplit dans le langage ; il répète en mots et en rêve le tracé de son cours : d’une terre à l’autre, d’une langue à l’autre, d’une vie à l’autre.

Corso Francia est un promenoir qui mène de soi à Soi – le soi nouveau et idéal sculpté par le vêtement de l’Autre (langue, culture, paysages). Mais cet Autre, italien ou français, est si proche du soi initial qu’on s’y retrouve aussitôt. On y est comme chez soi. C’est ce qu’en termes stendhaliens on pourrait appeler la toile et la truite. Dans la Vie de Henry Brulard, Stendhal évoque la joie profonde que lui cause la vue d’une truite en l’air, « à vingt pieds de terre », accrochée au sommet d’un arbre par le coup de canne d’un pêcheur trop vif. Cette joie de voir la truite briller au soleil dans l’élément opposite, impossible et étranger qu’est l’air, c’est celle qu’il éprouve en passant la frontière, en parlant italien ou en écrivant la Chartreuse : c’est celle du transport dans l’Autre. Mais cet autre, c’est encore soi. Dans la basilique Santa Croce, à Florence, Stendhal éprouve devant les fresques du Volterrano l’extase qu’on appellera plus tard le syndrome de Stendhal. Celle que provoque la mimesis, le miroir, le Même – on pourrait dire : la toile. L’extase que Stendhal éprouve devant tout (bel) artifice, tout ce qui a « la lueur même du réel », y compris le Rouge. Corso Francia nous fait éprouver la joie de la truite et l’extase de la toile ; le bonheur de l’Autre, du déplacement, et la félicité du Même, du remplacement. De manière concomitante. Ce cours est par excellence le terrain de la « chasse du bonheur » parce qu’il en contient les deux recettes contradictoires : le miroir et le masque, ou la toile et la truite.

Ce cours France, France-Italie, c’est ce que doit devenir Corso Francia, lieu de rencontre entre les littératures française et italienne, de la Renaissance aux Lumières, et au-delà. Un cours, bien sûr, mais un cours libre, capricieux et ouvert, à l’image des Improvisations de Michel Butor ou des Lezioni d’Italo Calvino. Une voie de rêves, un luogo d’incanto, une chambre double, un désir, une fugue. Le bonheur fou, parcouru et mesuré, arpenté.

Corso Francia 2019 : Passages (France-Italie)

Que fait-on sur un cours que passer ? Pour sa première édition, Corso Francia souhaite étudier le thème du passage entre la France et l’Italie (et vice versa) à travers une journée d’étude, le 17 mai 2019, à l’Université de Montpellier.

D’abord du point de vue biographique : on étudiera les séjours, la circulation, les migrations des écrivains entre les deux pays. De Pétrarque à Montpellier au cardinal de Retz à Rome, de Campanella au cœur de Paris à Chateaubriand au sommet du Vésuve. Il s’agira de voir en quoi les séjours outre-monts ont influencé voire déterminé la vie et l’œuvre des écrivains concernés. On analysera les échos de la culture visitée dans l’œuvre, mais aussi les différents types de réaction, dans toutes leurs nuances, de l’enthousiasme stendhalien au rejet alfiérien.

On s’intéressera aussi aux récits de voyages. Au début du XVIIe siècle, Chapelain remarque que le goût du public évolue, passant du roman aux récits de voyage. Les deux pays représentent plus que jamais l’un pour l’autre un horizon primordial, le but premier de tout voyage. On étudiera ainsi les particularités, les transitions et les mutations de ce genre qui se constitue peu à peu, tantôt s’annexant aux Belles-Lettres et tantôt s’en écartant. On étudiera aussi les modalités et les formes de la narration du voyage : journal, lettres, récit, etc.

On analysera également les représentations du passage entre les deux pays, réel ou fictionnel. On pourra ainsi revisiter les exemples fameux, du Décaméron à la Chartreuse de Parme, ou explorer des œuvres moins canoniques, qui méritent qu’on s’y arrête, qu’on y passe ou qu’on y reste.

Du point de vue poétique, on verra en quoi le thème du passage modèle, motive ou transforme les œuvres, dans quelle(s) direction(s) et selon quelles modalités. Du point de vue linguistique, on cherchera à dégager les enjeux liés au passage d’un pays à l’autre : de l’essai dans la langue étrangère, comme pour Montaigne, au bilinguisme poétique, comme pour le duc de Nevers (1641-1707), qui composa une œuvre proprement franco-italienne, en passant par le changement de langue, comme pour Goldoni ou Casanova. On verra ainsi comment le passage marque et parfois même devient le texte pour les écrivains qui l’ont pratiqué, subi, ou simplement rêvé.

Les communications ne devront pas dépasser 40 minutes et pourront faire l’objet d’une publication en ligne sur le site de Corso Francia. L’université de Montpellier ne pourra pas prendre en charge les frais de transport et d’hébergement des participants.

Les propositions de communication (environ 300 mots) sont à envoyer avant le 10 mars 2019 à Christian Belin (christian.belin@univ-montp3.fr) et Nicolas Garroté (nicolas.garrote@univ-montp3.fr)