Marilena Genovese – L’image du peuple italien dans les relations de voyage de Vivant Denon, Dupaty et Jacques Cambry

Le siècle des Lumières est notamment marqué par de grands voyages de découverte. Le parcours suivi par les jeunes gens de la noblesse, les philosophes, les artistes et les érudits a une finalité surtout éducative dans les principaux pays de l’Europe, parmi lesquels l’Italie reste la plus importante destination.

Nourrie de réminiscences classiques, elle attire pour ses villes, ses jardins et ses églises. Les voyageurs « ressentaient […] une vive satisfaction à la pensée qu’ils pénétraient dans le pays de Virgile et d’Horace ou s’approchaient de la capitale de la chrétienté »[1]. C’est peut-être la raison pour laquelle les notations sur les habitants de la Péninsule sont réduites le plus souvent à quelques lignes.

Dans cette étude, j’ai choisi de mettre en lumière les traits saillants des couches populaires dans quelques-uns des récits que les contemporains utilisaient de préférence – les relations de voyages de Vivant Denon, du Président Dupaty et de Jacques Cambry – pour reconstituer l’imaginaire des Italiens chez ces voyageurs. Choisir seulement leurs récits peut paraître, de prime abord, contestable. De fait, ils ne se distinguent guère des autres Français et des autres européens par leurs réflexions sur l’Italie, ses contrées, ses monuments. Mais, en érudits ou en amateurs, ils visitèrent la Péninsule dans les mêmes années et leurs remarques nous permettent, dans l’ensemble, d’esquisser un tableau du peuple italien, bien que limité à peu de régions et à peu de villes.

Pour aborder cette question, j’ai examiné le “peuple” dans une perspective générale, comme ensemble de ceux qui ne sont pas nobles et comme ensemble des humbles, à cause des contours flottant que ce mot prend chez ces auteurs.

Vivant Denon et les milieux populaires du Sud

L’importance de l’Italie comme destination est rendue manifeste par la place que lui accorde l’article Voyage écrit par le chevalier de Jaucourt en 1765 dans l’Encyclopédie. L’auteur, après avoir précisé qu’il n’y a de meilleure école de la vie que celle des voyages, qui donnent la possibilité d’examiner les coutumes, le goût, les arts et les sciences des autres nations, nous dit à propos de l’Italie :

Il est en particulier un pays au-delà des Alpes, qui mérite la curiosité de tous ceux dont l’éducation a été cultivée par les lettres […]. Je sais que l’Italie moderne n’offre aux curieux que les débris de cette Italie si fameuse autrefois ; mais ces débris sont toujours dignes de nos regards. Les antiquités en tout genre, les chefs-d’œuvre des beaux arts s’y trouvent encore rassemblés en foule, et c’est une nation savante et spirituelle qui les possède ; en un mot, on ne se lasse jamais de voir et de considérer les merveilles que Rome renferme dans son sein.[2]

Lieu fascinant de par ses vestiges de l’Antiquité, l’Italie compte parmi ses nombreux voyageurs Dominique Vivant Denon (1747-1825). Diplomate, directeur du musée Napoléon, homme de lettres, dessinateur, peintre et collectionneur, il est essentiellement connu grâce à deux ouvrages : Point de lendemain et le Voyage dans la Basse et la Haute Égypte, qui figurent dans d’innombrables publications.

Mais il est aussi l’auteur d’un autre récit de voyage qui fut commandé, utilisé et remanié par l’abbé de Saint-Non[3]. C’est en 1777 que Denon quitte Chalon-sur-Saône pour se rendre dans le Sud de l’Italie. Avec deux artistes, Claude-Louis Châtelet et Louis-Jean Desprez, et un architecte, Jean-Augustin Renard : il doit collaborer à l’illustration de l’ouvrage Voyage Pittoresque ou Description des Royaumes de Naples et de Sicile. Il accepte de diriger la petite équipe et s’engage à fournir son journal, en échange de la prise en charge de ses frais de voyage. Ce livre, qui fut édité par l’abbé de Saint-Non, deviendra l’un des plus précieux ouvrages illustrés du XVIIIe siècle et l’un des premiers à faire émerger la problématique du plagiat. C’est seulement en 1788, dix ans après son voyage, que Denon publiera seul ses impressions dans son Voyage en Sicile[4].

Avant ce témoignage, la Sicile n’avait éveillé qu’un intérêt limité en France, à cause des difficultés matérielles que sa découverte présentait – la menace des tempêtes et des pirates. Mais grâce à cette publication, le public français put découvrir l’île.

Le récit suit le modèle du voyage éclairé : Denon rencontre des aristocrates, des hommes politiques, des ecclésiastiques ; il visite les salons et les clubs siciliens. Son œil est bien celui d’un cartographe. À Palerme il admire les belles rues, les fontaines publiques et les églises superbes ; à Trapani, les salines qui constituent sa richesse, son commerce et sa célébrité, à Marsala les anciennes murailles, à Messine l’église saint Nicolas et le Phare, un des trois angles du cap Pelore.

Ses descriptions s’ouvrent sur un paysage parsemé de traces antiques et pourtant présentes, qui font revivre des personnages historiques tels qu’Alcibiade, les Agyriens[5] ou Annibal[6]. Du séjour en Sicile il ne retient que ses contrées mémorables.

Mais, en même temps, si le peuple demeure circonscrit et superficiel, on peut trouver ici et là des notations sur les Siciliens. Lorsque le regard de Denon se rapproche des réalités du peuple, c’est pour souligner le caractère farouche de certains habitants, comme par exemple ceux d’Ispica[7], ou pour s’apitoyer sur les trois mille êtres assez pauvres qu’il rencontre à Centorbi[8], ou encore sur les vieillards aveugles et les hommes qui ont les paupières éraillées, rouges et douloureuses à cause du mont Etna :« C’est peut-être l’air volcanique », réfléchit-il, ou la poussière qui « s’attache à leur peau […] et leur donne à tous la couleur des forgerons »[9].

L’image que Denon donne des Siciliens est celle d’un peuple dépourvu du strict nécessaire et dont la pauvreté contraste avec la prétendue fertilité du pays et son passé mythique.

À peine eûmes-nous tourné le mont Termini, que le climat et la nature changèrent tout à la fois. C’est ici véritablement le lieu chéri des nymphes, le séjour des divinités des fontaines […] le soleil et l’eau tapissent la terre d’une parure aussi riche que belle […]. Notre première sortie fut pour aller voir les bains fameux que les nymphes, en faveur de Minerve, firent sortir du rocher pour baigner et délasser Hercule. Nous n’y trouvâmes ni nymphes, ni Hercule, mais de pauvres paralytiques.[10]

À Palerme, toutefois, on ne ressent pas cette pauvreté. Les femmes et les hommes y sont à la fois aimables et agréables et si singuliers dans leurs habitudes qu’ils piquent la curiosité de l’auteur : les promenades charmantes sur le bord de la mer, rendez-vous de tout Palerme, la conversation, l’opéra, la course des chevaux, qu’ils aiment avec passion. C’est ce qu’on appelle le flegme sicilien :

La conversation qui commence à une heure de nuit, c’est-à-dire dans le mois de juillet à neuf heures, finit à quatre et cinq heures, c’est-à-dire à une heure après minuit. De là on se rend à la Marine, promenade charmante sur le bord de la mer, rendez-vous de tout Palerme, où l’on se promène à l’ombre et au frais depuis six heures après midi […]. C’est ainsi que les habitants de Palerme fraudent l’ordre la nature, et se font illusion sur la chaleur de leur climat. Ils se lèvent à midi […] ils courent […] dans le Cassaro, qui est une grande et superbe rue […]. De là on passe à la conversation […] ou à l’opéra.[11]

La découverte de la Sicile est la dernière étape d’un voyage qui a vu notre collectionneur visiter d’abord Naples et traverser la Calabre avec les ruines de la Grande Grèce, sa société et ses légendes. Les impressions qu’il en a apportées sont devenues le Voyage au royaume de Naples[12].

Une première observation s’impose immédiatement à propos du milieu napolitain. Les récits de voyage et les guides imprimés quelques années avant celui de Denon « avaient diffusé et renforcé préjugés et lieux communs sur cette ville »[13].

Le retard économique et social par rapport à d’autres pays européens était souvent attribué par les contemporains à sa croissance démographique énorme, due aux migrants des provinces du royaume[14]. Une fois arrivés dans la capitale, ils étaient souvent condamnés à la mendicité tandis que le reste du pays se trouvait privé de leur force de travail. Et cet écart « entre le poids et la croissance démographiques de la capitale d’une part, son activité productive d’autre part », unanimement dénoncé, a été peut-être la cause des préjugés sur l’oisiveté des Napolitains[15].

Malgré cette mauvaise réputation, Denon montre son absence de parti pris lorsqu’il affirme que tous les hommes se valent et se ressemblent:

Plus j’ai voyagé, plus j’ai trouvé que les hommes se ressemblent dans tous les pays ; ils n’ont de différence entre eux que quelques nuances qu’ils tiennent du climat[16] qu’ils habitent, et des lois qui les gouvernent ; les mêmes passions agissent de même sur les hommes de l’univers entier ; elles amènent presque toujours partout les mêmes résultats.[17]

La vision globale et objective du peuple napolitain nous est restituée dans ses aspects physiques et son habillement, son patois qui varie de quartier à quartier, ses croyances et ses superstitions. Criante et gesticulante, mais surtout bruyante parce qu’elle est nombreuse, la population de Naples est tout d’abord définie par la légèreté et l’indolence de son caractère. La paresse naturelle est le trait caractéristique de la nation : « …se reposer et ne rien faire, voilà, pour la populace, quel doit être le souverain bonheur ; tous les moyens lui paraissent bons, s’ils lui offrent l’aspect de cette félicité »[18].   

Denon relate avec précision les costumes et les particularités dans la manière de se vêtir qui sont aussi variés que le langage et si beaux, pittoresques et chargés de richesses, qu’il faudrait peindre ces costumes, et non les décrire.

Chaque quartier, chaque village, ou île, des environs de Naples, ont quelques particularités dans la manière de se vêtir […]. Il suffit de dire qu’ils sont, pour la plupart, avantageux à la taille, et pittoresque, le plus souvent chargés de richesses très analogues à l’habillement, comme réseaux d’or, broderies, galons à lame, et une quantité de chaînes et d’espèces de chapelets d’or ; le tout sur des velours, ou damas, de couleurs très vives.[19]

Il n’agit pas différemment quand il s’intéresse à la Calabre, une région qui passait pour être arriérée et qui avait sombré dans la nuit à la chute de l’Empire romain :

Les routes étaient de mauvais chemins, souvent les auberges n’existaient pas […] et, déjà, la Calabre avait très mauvaise réputation. Parcourir chaque jour dans ces contrées une vingtaine de milles était donc un programme hasardeux ; mais le fixer comme objectif à une poignée de dessinateurs et d’architectes, leur demander d’observer les particularités intéressantes du pays et d’y localiser des sites antiques, constituaient […]  une expédition.[20]

Mais Denon ne cède pas au désarroi. Pendant deux jours, par exemple, il battra la montagne et les marais pour trouver et visiter le site de Sybaris. Et c’est exactement dans ce lieu ancien qu’il fait preuve de cette générosité et de cette cordialité qui le poussent à affirmer que « cette Calabre dont on nous faisait tant de peur est le lieu où j’ai vu exercer l’hospitalité avec la plus grande douceur. Les Calabrais vont au-devant de tout ce qui peut plaire à leurs hôtes »[21].

Après le séjour de Denon, la Calabre connaîtra le séisme de 1783-1784 qui attirera « très tôt l’attention de l’espace public européen, mais aussi les voyageurs qui, jusqu’à présent, s’étaient peu intéressés à cette région »[22].

Le séjour italien du président Dupaty

Si l’importance de l’Italie du XVIII siècle se renforce du point de vue artistique, elle suscite également un vif intérêt pour les événements historiques qui avaient rapproché les destinées française et italienne.

Charles Marguerite Jean Baptiste Mercier Dupaty (1746-1788) pourrait être cité à propos de la place importante qu’il a réservée à la vie politique italienne. Si ses Lettres sur l’Italie[23], publiées en 1788, renouvellent la tradition des voyages d’Italie, c’est non seulement parce que le récit se recentre autour de ses impressions de voyageur-amoureux de l’Antiquité, mais aussi parce qu’il porte un regard nouveau « sur l’Italie contemporaine, dont la diversité politique et les réformes qui s’y déploient ou, au contraire, y tardent à se faire jour, constituent un objet d’étude complètement nouveau » et auquel sa plume est particulièrement sensible.

C’est en Toscane que ce magistrat, qui visite tout d’abord la Péninsule pour y comparer les divers régimes judiciaires, trouve confirmation « du combat qui l’a peut-être mis sur la route du voyage ; la peine capitale, peu pratiquée en Italie, et dont le gouvernement de Pierre-Léopold expérimente alors la suppression pure et simple »[24]. Ses réformes institutionnelles, sociales et économiques sont considérées comme une sorte de modèle.

La Toscane d’avant le siècle des Lumières était une étape modeste sur le chemin de Rome et de Naples. Encore au XVIIIe siècle, elle attire beaucoup moins que Rome ou le Sud de l’Italie et il faudra attendre le début du XIXe siècle pour voir Florence et la Toscane acquérir une place prééminente dans le voyage d’Italie.  

Les Lettres XXV, XXVII-XLIII de Dupaty nous présentent tout d’abord la ville comme un contenant regorgeant de mirabilia, de curiosités définies autant par leur beauté que par leur rareté : les marbres et les statues, les colonnes, les peintures, le cabinet d’histoire naturelle, avec ses cinquante chambres pleines de trésors, l’élégance des appartements, l’ordre, la distribution, ou la bibliothèque impériale, dont Michel-Ange en est l’architecte.

            Mais il y a quelque chose qui frappe davantage le voyageur : le peuple de cette région, que le grand-duc aime tout particulièrement, comme le montrent les soins délicats et attentifs qu’il fait dispenser dans les hôpitaux. Dupaty affirme avoir vu des vieillardes malades qui avaient l’air d’être servies par leurs enfants, et des enfants malades qui avaient l’air d’être servis par leurs mères : « un luxe de la miséricorde et de l’humanité », « on dirait que les hôpitaux, dans la Toscane, sont les palais du grand-duc »[25].

Mais on peut également citer la simplification des lois civiles et l’adoucissement des lois criminelles qui ont fait diminuer les crimes, vidé les prisons et rempli la société de justice et d’humanité :

Il a supprimé les impôts qui n’étaient pas nécessaires ; il a licencié presque toutes ses troupes : il n’en a gardé que ce qu’il fallait pour en conserver un modèle […]. Il a trouvé que sa cour lui caché son peuple : il n’a plus de cour. Il a établi des manufactures. Il a fait ouvrir partout des chemins superbes, et à ses frais.[26]

Cette simplicité des mœurs, ce bonheur fait contraste avec la décadence et les plaintes, qu’il avait observées chez les Génois, présentés comme dépouillés de toutes ces affections naturelles, qui ailleurs en font l’ornement, le bonheur et la vertu.

Centre important pour le commerce, Gènes apparaît comme une ville inondée des mendiants, de pauvres « de toute espèce »[27]. Mais surtout elle offre les contrastes les plus singuliers : « Il y a tant de libertinage à Gènes, qu’il n’y a pas de filles publiques ; tant de prêtres, qu’il n’y a point de religion ; tant de gens qui gouvernent, qu’il n’y a pas de gouvernement »[28].

On retrouve le même sentiment d’irritation dans les notations sur les Romains qui apparaissent dans les lettres LXXVII-LXXXI. Chaque lieu où il se rend est remarquable par l’abondance des éléments qui y sont accumulés. Rome est grande par la quantité d’objets qu’elle réunit, et Dupaty détaille aux lecteurs toutes les merveilles célébrées par les voyageurs humanistes qui l’ont précédé. C’est la ville qui a inspiré l’ensemble du monde catholique et qui a été le berceau de la politique architecturale et ambitieuse de bien de papes.

C’est ce qui crée évidemment un contraste encore plus remarquable avec sa population, que l’auteur évalue à cent soixante-dix mille âmes, dont près de dix mille étaient mendiants ou pauvres, et qui vit sous le joug pontifical. Le mot « peuple », qui chez Dupaty désigne toutes les classes sociales – princes, marquis, avocats, fermiers, artistes, marchands, domestiques, mendiants – sauf le clergé qui détient le pouvoir économique et politique – est décrit comme dépourvu de toute ambition et marqué par le libertinage des mœurs, le manque de culture et la débauche : « La débauche privée est si grande qu’on ne connait point la débauche publique ; elle n’est pas nécessaire »[29]. Quant aux mendiants, ils abondent de tous les côtés[30]. La seule partie qui affecte vraiment le peuple, c’est celle qui le touche immédiatement : le prix des denrées. Voilà le peuple romain:

Quand les denrées haussent, le peuple murmure. Que fait alors le gouvernement ? Il écoute ; et si le murmure ne devient pas un cri, il va son train ; il se garde seulement de verser cette dernière goutte qui seule fait répandre les vases d’iniquité, comme tous les autres. Le peuple vient-il à crier. Le gouvernement baisse le prix, mais il diminue la mesure : le peuple Romain est content […]. Celui-ci est plus patient, parce que les autres n’espèrent que dans le temps ; mais lui, dans le lendemain.[31]

Cet esclavage politique n’est en vérité qu’apparent, car le peuple n’a pas le superflu, mais il a tout le nécessaire pour vivre, même si ce nécessaire est « peu ». Tout cela explique le bonheur des Romains, qui prend sa source dans leur facilité de mœurs et dans l’indulgence qu’ils trouvent dans la religion.

Le peu de superflu qui leur reste, après la satisfaction des premiers besoins, ils le dépensent en sommeil, en amour, en vanités, en disputes théologiques et en processions :

On passe du dîner au sommeil. On dort jusqu’à six heures du soir, ensuite on ne fait rien, ou on fait des rien. La nuit arrive […]. Chaque soirée est une fête publique, à laquelle préside l’amour. Il n’est pas fort raffiné. Les sens parlent aux sens, et ils sont bien entendus ; ou bien la vanité à la vanité ; rarement le cœur et l’imagination, à l’imagination et au cœur.[32]

En dernière analyse, chez Dupaty les Romains ressemblent beaucoup à ces hommes médiocres, paisibles et obscurs, qui ne sont ni aimables ni utiles, mais sont pourtant heureux.

Dernière étape de son voyage, Naples exerce sur notre voyageur une grande attraction par ses ruines archéologiques. L’érudition abonde dans ses écrits lorsqu’il s’agit de décrire les sites antiques qu’il visite. Il a une très nette tendance à peindre les monuments de la même façon que les autres voyageurs du XVIII siècle[33].Mais, lorsqu’il jette son regard sur la situation napolitaine, il s’abandonne à ses impressions et à ses sensations avec plus de spontanéité, comme en témoignent ces lignes relatant son arrivée à Naples :

Voici quelques appercus sur les habitants du royaume de Naples. La première chose qui m’a frappé, après avoir regardé l’espèce humaine dans l’Italie, c’est que l’espèce humaine est presque la même dans tous les états civilisés, excepté pourtant en Angleterre, car elle y est libre. Elle est la même pour le fond ; elle est aussi peu différente dans les formes ; seulement elle varie par des “plus” ou des “moins”, difficile à la vérité, à déterminer, à cause de l’imperfection des signes et du défaut des mesures.[34]

Peu d’écrivains ont dressé un portrait aussi ciselé de la situation napolitaine. Ce qui la définit mieux, selon Dupaty, c’est l’abondance de la population, qui inonde les places, les boutiques, les maisons :

La végétation humaine a donc à Naples toute sa fécondité, toute sa vigueur et toute sa durée naturelle […]. Cette population, toujours coutante, pour ainsi dire, à travers la ville, est continuellement sillonnée par une multitude de carrosse, et surtout de petites calèches, qui ne vont pas, mais qui volent.[35]

L’image des couches populaires doit sans doute beaucoup à cette oisiveté qui représente à Naples le bonheur :

Le peu qu’on travaille, c’est pour parvenir à ne rien faire […]. Les cafés, les boutiques, les promenades, les lieux publics sont pleins dès le matin […]. A midi on va dîner […]. Quand l’estomac est rempli, on se couche […] et une heure avant la nuit, on se lève, on se r’habille, on retourne au café, ou bien l’on monte en voiture pour la promenade […] on appelle ces gens-là, Lazaroni.[36]

Dupaty est parmi les premiers à dénoncer une mollesse, une filouterie et un relâchement qui rendent vicieuses toutes les parties de la vie civile et politique. L’image dominante qui se dégage de ses lettres et qui noircit aussi le portrait de la ville est, en conclusion, celle d’une plèbe qui effraie par ses vices et son sentiment de vengeance, qui est de droit naturel, la seule passion qu’on connaisse.

Le regard de Jacques Cambry sur le peuple du Nord

La vision de l’Antiquité essentiellement monumentale est sensible encore une fois dans le parcours italien de Jacques Cambry (1749-1807) qui clôt le troisième volet de cette étude. Différentes études ont souligné, à juste titre, le rôle de cet érudit, connu pour avoir fondé l’Académie celtique, dans la naissance de l’ethnographie française. Esprit curieux et éclectique, il est auteur de contes licencieux, d’essais d’histoire de l’art, de divers rapports administratifs, et du Voyage pittoresque en Suisse et en Italie[37] qui fait l’objet de notre attention.

Si « les voyageurs du dernier tiers du XVIIIe siècle » sont « plus prolixes sur les populations du Sud de l’Italie, dont l’exotisme les frappait davantage »[38], il faut constater que les personnes du peuple en Italie du Nord suscitent moins de commentaires. Ce qui rend encore plus intéressants les deux tomes de l’œuvre de Cambry, qui reconnaissait déjà dans la Préface la diversité et la richesse frappantes de l’histoire italienne :

Pour établir l’origine des habitants de l’Italie, il faudroit des volumes de recherches et de discussions ; pour décrire ses révolutions physiques et morales ; pour suivre les peuplades qui l’hont habitée ; pénétrer l’esprit des républiques qui la composent et leurs liaisons avec les autres états de l’Europe ; les colonies qu’elle a reçues, les colonies qu’elle a répandues dans le monde, pour décrire ses productions naturelles, ses volcans, les arts qu’elle a créés, ses dieux, ses religions, encore une fois il faudroit une histoire universelle.[39]

Le voyage, qui se déroule du 13 juillet au 14 octobre 1788, commence avec la visite de la ville de Genève et se poursuit à travers d’autres villes suisses, jusqu’au 2 septembre lorsqu’il gagne l’Italie.

La description enthousiaste et passionnante que Cambry offre de sa descente depuis le Saint-Gothard vers le lac Majeur en 1788, mérite d’être citée :

Ses rivages sont plus riants et les objets plus colorés qu’en Suisse ; l’air est plus pur et plus subtil […]. Mais qui pourroit essayer de décrire les reflets, les couleurs et la beauté des eaux ? […] l’azur du ciel, le pourpre des bruyères, un gris de perle colorent tour à tour ce superbe bassin […]. Ce jeu varié des couleurs a pour les yeux un charme inexprimable ; c’est un chatouillement […] et j’en jouis avec délices.[40]

Centré dans un premier temps sur la beauté du paysage, il se porte ensuite sur la population de Sesto Calende (où il arrive le 3 septembre), un des premiers villages qu’il visite, et qu’il ne manque de définir comme « rapace » et « sauvage », à cause de la bona mancia:

Enfin, nous touchons à Sesto, situé à l’embouchure du Tésin ; le lac Majeur a vingt milles de longueur. Nous fûmes obligés de céder à la rapacité des Sauvages que nous y trouvâmes. La cruelle chose que la bona mancia ; ce mot dès la pointe du jour jusqu’au moment où vous endormez, à chaque heure, à chaque seconde et sans cesse dans votre oreille […]. Bona mancia, bona mancia […] sont les seuls mots jusqu’à présent que j’aie entendu dans l’Italie. Quatre hommes poussent une roue, nous partons ; ils nous crient bona mancia ; il fallut bien les satisfaire ou les entendre jusqu’à Milan.[41]

Le 4 septembre il découvre Milan qu’il ressent très proche de lui, à cause des origines celtiques de cette ville. Il en est tellement ému qu’il la définit comme « une ville avec un air de grandeur, de richesse et de majesté, que Rome seule peut effacer »[42].

Les descriptions précises sur son architecture et ses trésors artistiques transmettent au lecteur les impressions éprouvées par Cambry : les tableaux, les palais, les bibliothèques, la cathédrale, l’église de Saint-Sébastien, la façade de Saint Paul :

Milan présente à l’œil plus de clochers, de pyramides, de dômes que Londres, que Paris, et peut-être que Rome. Quel nombre de palais ! quelle masse d’architecture ! Je la domine à vol d’oiseau, elle m’offre une forme ronde […]. À mes pieds le palais de l’archiduc […], le théâtre, la chambre des comptes, la belle église de la Passion, une multitude de rotondes, d’octogones, de tours carrées.[43]

Mais, qu’en est-il des Milanais ? C’est après avoir passé une journée fatigante, dédiée à visiter la ville, que Cambry se rend au Cours, une grande rue, nous dit-il, où l’on peut jouir de la belle vue des Alpes, et qui lui permet de tracer des notations sur ces héritiers des Lombards. La citation qui suit s’avère utile à ce propos :

C’est aux yeux d’un homme froid un assez triste spectacle ; c’est un plaisir très vif pour le jeune homme qui voit et s’y fait voir ; c’est un lieu de délices pour une jolie femme qui reçoit du public impartial l’hommage qu’obtient la beauté ; le vieillard s’y fait conduire, s’arrête, reçoit du mouvement général, du mouvement extérieur, une agitation momentanée, un sentiment de son existence […]. Les rubans, les pompons, une riche livrée, l’éclat des diamants, des glaces, des dorures, réjouissent l’œil du pauvre et lui font oublier un moment l’antre sombre dans laquelle il a passé sa pénible et triste journée. Ce contraste souvent lui fait mal, peut exciter l’envie […] mais il en rapporte des souvenirs, des anecdotes qu’il raconte, elles lui font passer plus gaiement les heures d’oisiveté qui précèdent son sommeil ; il ne bat point sa femme, embrasse ses enfants et rit avec ses voisins[44].

L’attention de Cambry s’applique à de nombreux détails qui permettent une meilleure connaissance des Milanais, caractérisés, d’après l’auteur, par le désir de se faire remarquer, d’attirer l’attention, de voir et s’y faire voir.

Aidé par le recours à l’énumération – les rubans, les pompons, une riche livrée, etc. – il rassemble une suite de mots qui se montre efficace à dresser l’image d’un peuple mécontent, qui vit un quotidien qui se nourrit de la vie des autres. La référence est aux « souvenirs »et aux « anecdotes »cités qui semblent capables d’adoucir même les tempéraments agressifs. Sans doute ces quelques lignes manifestent une impression négative qui se trouve confirmée quelques pages plus loin, lorsque le regard posé sur l’attitude de la soumission et le costume féminin hypocrite donnent lieu à un amer commentaire :

Les Milanois, en général, a la démarche légère ; il a la tête un peu courbée et les genoux toujours prêts à plier […]. La jeune fille a l’air curieuse, hypocrite, a la tête immobile et l’œil en mouvement ; et la maman, qui marche à trois pas derrière elle, est une duègne empesée, qui crie sans cesse, à droite, arrêtez, reculez, baissez la tête et n’allez pas si vîte.[45]

Bergame, Brescia, Vérone, Vicence, Padoue marquent les autres étapes du voyage de Cambry. Malheureusement, il n’y a aucune référence à notre sujet. Curieux des beautés artistiques, il porte une attention toute particulière aux ruines, aux rochers pittoresques, aux portraits des hommes illustres.

En revanche, après avoir observé l’air sombre des Vénitiens, il se dit témoin direct et conscient des dangers de cette ville :

[…] la crainte qu’une maladie n’y retint mes deux compagnons de voyage […] des préjugés sur le gouvernement inquisitorial de Vénise  […] l’air sombre des habitants en général ; les femmes enveloppées de mantes noires, tout les épouvantails extérieurs, imaginés pour contenir le peuple et dont on rit dans les cercles particuliers, produisirent un tel effet sur notre imagination […] que nous regrettâmes la liberté des montagnes de Suisse, l’air pur de leurs sommets et la simplicité de leurs bons habitans […]. Deux coups de poignard que nous vîmes donner en partant, le sang qui ruisseloit, mille circonstances minutieuses, mais inquiétantes dans un moment d’exaltation, nous empêchèrent de regretter Vénise.[46]

Compte tenu à la fois de la rigueur morale de l’auteur et de la réalité « del Belpaese », on comprend son indignation devant certaines plaies de la société italienne du temps, dénoncées par d’autres voyageurs, comme la pauvreté, les meurtres commis fréquemment en pleine rue et une liberté sexuelle incroyable »[47].

Pour conclure, l’Italie offre à nos trois voyageurs la découverte d’un monde à la fois familier et exotique, le contact avec une terre où la présence humaine est des plus anciennes. Tous trois s’accordent à admirer les particularités de l’urbanisme et les beaux palais, comme à Vérone et à Vicence[48], les paysages comme la campagne de Vicence à Padoue, « ivre d’amour et des vapeurs de la vendange », des lieux légendaires, comme le Vésuve qui séduit Denon[49] et surtout le Président Dupaty[50].

La présence humaine est peu perçue par ces voyageurs et le discours sur les hommes et les femmes du peuple s’avère difficile à restituer, fût-ce par bribes. Les notations de Cambry sur les Milanais, par exemple, se trouvent disséminées dans deux pages, alors que celles dédiées à la ville en occupent 94[51]. Dupaty, qui montre beaucoup d’intérêt pour la Toscane, et loue particulièrement le peuple de Florence, restitue ses impressions dans presque 5 pages, alors qu’il en dédie 75 à ses beautés artistiques[52]. Denon est le seul qui consacre un chapitre à ce sujet. Il s’agit de quatre pages du Voyage au royaume de Naples qui sont réunies sous le titre : Les Napolitains[53] et qui nous montrent, comme nous venons de le voir, leurs traditions et leurs coutumes. Mais le récit qui relate d’une manière précise et détaillée cette étape de son parcours compte 114 pages[54].

Malgré cela, si la mention du peuple chez nos voyageurs est repérable ici ou là, à y regarder de plus près, il affleure dans leurs récits, car s’il n’est pas souvent recherché, il est rencontré le long des chemins. Lorsque le regard de nos voyageurs se rapproche des réalités des couches populaires, c’est pour mettre en avant surtout la pauvreté des populations, qui contraste avec les beautés artistiques et naturelles italiennes.

À l’issue de cette étude, plusieurs questions restent en suspens : quel a été le rôle des préjugés nationaux, qui donnaient une connaissance insuffisante du peuple italien ? C’est le cas par exemple d’un de nos voyageurs, Cambry, qui reconnaît que :

L’HOMME qui se prépare au voyage d’Italie, le médite long-temps d’avance, il consulte avec avidité, remplit son esprit de contes, d’exagérations, de mensonges ; il a lu tous les voyageurs, et s’est fait, d’après eux, une image factice, que la gravure et le travail des peintres ont réalisé dans sa tête.[55]

Témoins passagers de la quotidienneté italienne, l’incompréhension dont ces voyageurs font parfois preuve est peut-être due à l’ignorance du sens véritable de ces coutumes. Vivant Denon reconnaît par exemple que malgré sa longue habitude de vivre à Naples, « il est difficile […] d’attraper le point juste, de généraliser sans faire tort au particulier, ou si facile de faire tort à la nation en s’attachant à peindre certains individus, qu’il n’est pas aisé de choisir ses modèles »[56].

Mieux préparés par le passé gréco-romain à apprécier les arts que le peuple, ces trois récits ont néanmoins un attrait incontestable aux yeux du lecteur moderne ; ils nous donnent aussi à penser qu’en fin de compte, peu de choses ont changé dans certaines régions ou villes italiennes, et qu’ils sont là, ces Italiens, plus que jamais présents avec leurs contradictions.


Marilena GENOVESE
Università degli Studi della Tuscia


Bibliographie

Bertrand, Gilles. « En marge du voyage des élites dans l’Italie des Lumières. Du peuple regardé au peuple voyageur », Mélanges de l’école française de Rome, n° 111-2, 1999

Bertrand, Gilles. Le Grand Tour revisité. Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français en Italie, milieu xviiie siècle-début xixe siècle, École française de Rome, Roma, 2008

Blanc, Jan.  « La Calabre, terre sublime ? Sir William Hamilton et les séismesde Calabre 1783-1784 », dans Baumer, L. & Birchler Emery, P. & Campagnolo, M. (Ed.). Le voyage à Crotone. Berne : Peter Lang, 2014

Bourguet, Marie-Noëlle. « Voyages et voyageurs », dans Dictionnaire européen des Lumières, sous la dir. de Michel Delon, PUF, Paris, 1997, p. 1092-1095

Brosses, Charles de.  Lettres historiques et critiques sur l’Italie… avec des notes relatives à la situation actuelle de l’Italie et la liste raisonnée des tableaux et autres monuments qui ont été apportes à Paris, de Milan, de Rome, de Venise, etc., Chez Ponthieu, Paris, 1798

Cambry, Jacques. Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, Tome I et Tome II, Chez H.J. Jansen, Paris, 1800

Chessex, Pierre. « Grand Tour », dans Dictionnaire européen des Lumières, PUF, Paris, 1997, p. 518-521

Deseine, François. Nouveau voyage d’Italie, Chez Jean Thioly, Lyon, 1699

Doiron, Normand. « L’art de voyager, Pour une définition du récit de voyage à l’époque classique », Poétique, n° 73, 1988, pp. 83-108

Dupaty, Charles, Lettres sur l’Italie (écrite) en 1785, 1785, Pinard, Paris, 1788

Encyclopédie, ou Dictionnaire Raisonné Des Sciences, Des Arts et Des Métiers, Tome XXXVI, Chez les Sociétés Typographiques, À Lausanne et à Berne, M. DCC. LXXXI

Kovács, Eszter. Dupaty et l’Italie des voyageurs sensibles, études réunies par Jan Herman, Kris Peeters et Paul Pelckmans, Rodopi, Amsterdam – New York, 2012

Misson, Maximilien. Nouveau voyage d’Italie, Éd. Henry van Bulderen, Paris, 1702

Montesquieu, Charles Louis de. Voyages de Montesquieu, publiés par le Baron A. de Montesquieu, Bordeaux (G. Gounonilhon, 1894-1896), 1729

Moureau, François. « Présentation », DHS, n° 22, 1990, numéro spécial « L’œil expert : voyager, explorer », pp. 5-12

Pinna, Mario. « Un aperçu historique de “la théorie des climats” », dans Annales de Géographie, t. 98, n°547, 1989

Pomeau, René. « Voyages et lumières dans la littérature française du XVIIIe siècle », SVEC, n° 57, Oxford, VF, 1967, pp. 1269-1289

Roche, Daniel, Humeurs vagabondes, De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Fayard, Paris, 2003

Vivant Denon, Dominique. Voyage en Sicile, Gallimard, Paris, 1993

Vivant Denon, Dominique. Voyage au royaume de Naples, Perrin, Paris, 1997

Vallat, Colette, Marln, Brigitte et Biondi, Gennaro. Démythifier la ville, L’Harmattan, Paris, 1998


[1] Bertrand, Gilles. Le Grand Tour revisité. Pour une archéologie du tourisme: le voyage des Français en Italie, milieu xviiie siècle-début xixe siècle, École française de Rome, Roma, 2008, p.7.   

[2]  Encyclopédie, ou Dictionnaire Raisonné Des Sciences, Des Arts et Des Métiers, t. XXXVI, Chez les Sociétés Typographiques, À Lausanne et à Berne, M. DCC. LXXXI, p. 274.

[3]  Graveur, dessinateur et amateur d’art, l’abbé de Saint-Non (1727-1791) est connu pour son voyage en Sicile et à Naples et pour la publication du Voyage pittoresque de Naples et de Sicile, accompagné de 542 planches et vignettes, gravées par les artistes du temps.

[4]  Vivant Denon, Dominique. Voyage en Sicile, Gallimard, Paris, 1993.

[5] Vivant Denon, Voyage en Sicile, 1993, p. 53.

[6] Vivant Denon, Voyage en Sicile, 1993, p. 102.

[7] Vivant Denon, Voyage en Sicile, 1993, p. 151.

[8] Vivant Denon, Voyage en Sicile, 1993, p. 92.

[9] Vivant Denon, Voyage en Sicile, 1993, p. 24.

[10] Vivant Denon, Voyage en Sicile, 1993, p. 61.

[11] Vivant Denon, Voyage en Sicile, 1993, pp. 70-71.

[12] Vivant Denon, Dominique. Voyage au royaume de Naples, Perrin, Paris, 1997.

[13] Vallat, Colette, Marln, Brigitte et Biondi, Gennaro.  Démythifier la ville, L’Harmattan, Paris, 1998, p. 17.

[14] Ce sont les guides à succès, plusieurs fois réédités, qui forment l’opinion des voyageurs. Nous citons à ce propos : Deseine, François. Nouveau voyage d’Italie, Chez Jean Thioly, Lyon, 1699 ; Misson, Maximilien. Nouveau voyage d’Italie, Éd. Henry van Bulderen, Paris, 1702 ; Montesquieu, Charles Louis de. Voyages de Montesquieu, publiés par le Baron A. de Montesquieu, Bordeaux (G. Gounonilhon, 1894-1896), 1729 ; Brosses, Charles de.  Lettres historiques et critiques sur l’Italie… avec des notes relatives à la situation actuelle de l’Italie et la liste raisonnée des tableaux et autres monuments qui ont ete apportés à Paris, de Milan, de Rome, de Venise, etc., Chez Ponthieu, Paris, 1798.

[15] Il suffit de penser à la misère et à la paresse dénoncées par Montesquieu qui séjourna à Naples en 1729.

[16] Les historiens utilisent la «théorie des climats pour indiquer cette doctrine antique qui prétendait expliquer les différences entre les divers groupes humains» (Pinna, Mario. « Un aperçu historique de “la théorie des climats” », dans Annales de Géographie, t. 98, n°547, 1989, p. 322).  Cette idée est attribuée à Hippocrate, le père de la médecine occidentale, qui l’a énoncé dans son Traité des airs, des eaux et des lieux. Au XVIII siècle, elle retient l’attention des Philosophes. Pendant tous le siècle on se réfère aux affirmations contenues dans L’Esprit des Lois de Montesquieu.

[17]  Vivant Denon, Voyage au royaume de Naples, 1997, p. 61.

[18]  Vivant Denon, Voyage au royaume de Naples, 1997, p. 62.

[19]  Vivant Denon, Voyage au royaume de Naples, 1997, p. 64.

[20]  Vivant Denon, Voyage au royaume de Naples, 1997, p. 27.

[21]  Vivant Denon, Voyage au royaume de Naples, 1997, pp. 244-245.

[22]  Blanc, Jan.  « La Calabre, terre sublime ? Sir William Hamilton et les séismesde Calabre 1783-1784 », dans Baumer, L. & Birchler Emery, P. & Campagnolo, M. (Ed.). Le voyage à Crotone, Peter Lang, Berne, 2014. p. 144.

[23] Dupaty, Charles, Lettres sur l’Italie (écrite) en 1785, Pinard, Paris, 1788.

[24]  Kovács, Eszter. Dupaty et l’Italie des voyageurs sensibles, 2012, pp. 20-21.

[25]  Dupaty, Charles, Lettres sur l’Italie, t. I, 1788, p. 99.

[26]  Ibidem

[27] Dupaty, Charles, Lettres sur l’Italie, t. I, 1788, p. 59.

[28] Dupaty, Charles, Lettres sur l’Italie, t. I, 1788, p. 75.

[29] Dupaty, Charles, Lettres sur l’Italie, t. II, 1788, p. 98.

[30] « Il y a plus de mendiants à Rome que partout ailleurs […]; le pélerinage en dépose un très grand nombre. Tout ici leur est ouvert ; il leur est permis de chercher partout la charité, de la poursuivre partout : ils entrent dans les cafés, et ils en sortent comme des animaux domestiques. La délicatesse souffre et murmure ; mais l’humanité dit à la délicatesse : ce sont des hommes », Dupaty, Charles, Lettres sur l’Italie, t. II, 1788, p. 96.

[31] Dupaty, Charles, Lettres sur l’Italie, t. II, 1788, p. 100.

[32] Dupaty, Charles, Lettres sur l’Italie, t. II, 1788, pp. 110-111.

[33] L’extrait suivant est le récit de sa visite au théâtre d’Herculanum : « Pour voir le théâtre d’Herculanum, il faut descendre, à la lueur d’un flambeau, sous une voûte humide […]. Après bien des détours on arrive devant la scène : à chaque coin on voit un piédestal, avec cette inscription “Claudio et Papirio consulibus Herculanenses posuere postmortem” […]. Le cabinet des peintures antiques […] est intéressant […]. Les animaux sont rendus avec une élégance et une vérité qui étonnent […]. J’ai remarqué un petit chariot traîné par deux abeilles », Dupaty, Charles, Lettres sur l’Italie, t. II, 1788, pp. 202-203.

[34] Dupaty, Charles, Lettres sur l’Italie, 1788, t. II, p. 214.

[35] Dupaty, Charles, Lettres sur l’Italie, 1788, t. II, pp. 216-217.

[36] Dupaty, Charles, Lettres sur l’Italie, 1788, t. II, pp. 223-224.

[37] Cambry, Jacques. Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, Chez H.J. Jansen, Paris, 1800.

[38] Bertrand, Gilles. «En marge du voyage des élites dans l’Italie des Lumières. Du peuple regardé au peuple voyageur», Mélanges de l’école française de Rome, n° 111-2, 1999,  p.855.

[39] Cambry, Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, 1800, t. I, p. 7. 

[40] Cambry, Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, 1800, t. I, pp. 318-320.

[41] Cambry, Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, 1800, t. I, pp. 338-340.

[42] Cambry, Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, 1800, t. II, p. 13.

[43]  Ibidem.

[44] Cambry, Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, 1800, t. II, pp. 25-26.  

[45] Cambry, Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, 1800, t. II, p. 42.

[46] Cambry, Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, 1800, t. II, pp. 237-238.

[47] Il écrit : « Peuplades avilies de l’Italie ! Vous êtes parvenues à déshonorer le plus riche pays du monde ; et si des hommes, la liberté, la vraie philosophie ne pénètrent pas dans vos contrées, on verra quelque jour Vénise possédée par de pauvres pêcheurs, la Toscane déserte et Rome inhabitée », t. II, p. 112.

[48] Cambry, Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, 1800, t. II, p. 152, p. 155 et p. 159.

[49] Vivant Denon, Voyage au royaume de Naples, 1997, pp. 87-98.

[50] « C’est donc là ce formidable volcan qui brûle depuis tant de siècles, qui a submergé tant de cités, qui a consumé des peuples, qui menace à toute heure cette vaste contrée, cette Naples, où dans ce moment on rit, on chante, on danse, on ne pense seulement pas à lui […]. J’étais vraiment en extase. Ce désert ! Cette hauteur ! Cette nuit ! Ce mont enflammé ! Et j’étais-là ! », Dupaty, Charles, Lettres sur l’Italie, 1788, t. II, pp. 210-211.

[51] Cambry, Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, 1800, t. II, pp. 5-96.

[52] Dupaty, Charles, Lettres sur l’Italie, 1788, t. I, pp. 106-112 ; pp. 125 -194.

[53] Vivant Denon, Voyage au royaume de Naples, 1997, pp. 61-68.

[54] Vivant Denon, Voyage au royaume de Naples, 1997, pp. 169-55.

[55] Cambry, Voyage pittoresque en Suisse et en Italie, 1800, t. I, pp. 314-315.

[56] Vivant Denon, Voyage au royaume de Naples, 1997, p. 61.



Citer ce billet
Nicolas Garroté (2020, 21 décembre). Marilena Genovese – L’image du peuple italien dans les relations de voyage de Vivant Denon, Dupaty et Jacques Cambry. Corso Francia. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n6ic

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search