Florian Dimeck – La présence des guerres d’Italie dans l’œuvre de Pierre Gringore au début du XVIe siècle

Dès la fin du XVe siècle, les rois de France Charles VIII puis Louis XII passent les Alpes dans le but de se rendre les maîtres de territoires en Italie. Toute une littérature de circonstance, écrite au gré des événements italiens contemporains, se met alors en place. Elle se développe plus particulièrement dès la première décennie du XVIe siècle, au cours du règne de Louis XII. Pierre Gringore, auteur actif à Paris pendant cette période-là, est à l’origine d’une œuvre bien représentative de ce type de littérature. Nombreux sont ses textes qui visent à défendre et justifier la politique expansionniste du roi de France qu’il soutient. Ce dernier a en effet besoin de rendre ses déplacements en Italie et les guerres qu’il y mène légitimes, sachant que sa première ambition est de s’approprier le duché de Milan sur lequel il prétend avoir des droits par sa grand-mère Valentine Visconti. Il favorise donc une littérature mise au service de ses prétentions politiques et dirigée contre les adversaires italiens. Il facilite voire finance sa publication, de sorte que les textes dont nous allons parler ont une dimension propagandiste[1].

Pierre Gringore est l’un des poètes qui mettent leur plume au service du pouvoir. Fervent défenseur de ses décisions en matière de ce qu’on pourrait appeler « politique extérieure », il n’en semble pas prisonnier pour autant. Il parvient même à s’approprier les premières guerres d’Italie pour en faire un espace de création littéraire autonome. Ces événements sont l’occasion pour lui de créer des œuvres originales à partir de sujets actuels de sorte qu’il n’a plus qu’à se servir de sa créativité personnelle pour leur donner la forme qu’il souhaite puis à les voir être diffusés et reçus par le peuple français comme il l’entend. Son but est de plaire aussi bien que d’obtenir la protection d’un prince puisque rien ne laisse croire qu’il bénéficiait d’un financement officiel (contrairement à d’autres poètes de ce début de XVIe siècle produisant des textes similaires tel que Jean Marot, au service de la reine Anne de Bretagne). Pierre Gringore est donc un Grand Rhétoriqueur dans la mesure où, comme d’autres poètes de son époque que la critique a intégrés à ce groupe, il prend parti en faveur du royaume de France en s’attaquant aux Italiens avec ses vers.

La littérature française relative aux premières guerres d’Italie est dépendante d’un contexte historique bien précis. Il s’agit d’une littérature engagée qui, en apparence, n’offre pas beaucoup de liberté à ses auteurs étant donné que leur sujet et leur point de vue leur sont imposés. Or, nous constatons que Pierre Gringore, l’un des grands représentants de ce type de littérature, parvient à créer des œuvres différentes en affirmant une liberté d’auteur et une liberté créatrice, tout en restant dans le domaine politique des guerres d’Italie.

Louis XII contre Milan : Les Lettres nouvelles de Milan (avril 1500)

Le premier écrit politique de Pierre Gringore à nous être parvenu est Les Lettres nouvelles de Milan, rédigé et diffusé au cours de la première moitié de l’année 1500, à l’occasion de la capture du duc de Milan déchu Ludovic Sforza par les forces françaises.

La monarchie souhaite se servir de sa conquête milanaise pour mettre en avant sa puissance légitime et juste face à des Lombards voleurs et usurpateurs, incarnés par l’ancien duc de Milan. Le peuple français doit soutenir l’entreprise royale. Gringore le sait et crée donc une fiction rhétorique proche du jeu théâtral puisque s’y enchaînent les discours de trois personnages (après quelques vers pris en charge par « l’acteur »), selon le principe de la prosopopée. Ces trois personnages sont le peuple français, le peuple italien et le nouveau captif Ludovic Sforza. Une grande force est donnée au propos par le moyen de la prosopopée, où prennent place de nombreuses sentences, autre procédé rhétorique destiné à faire adhérer le peuple à la cause du roi. Certains passages témoignent particulièrement bien de la force persuasive de ce texte, comme les vers suivants attribués aux « Français » :

Vous nous avez par trop pillez,
Lombars, deceptis usuriers ;
Plusieurs Françoys sont exillez,
Riches estes de leurs deniers.
Mais ilz vous seront rendus chiers,
A vostre deshonneur et honte :
Tousjours enfin fault rendre compte.[2]

La portée argumentative d’une telle réplique est importante : dite par le peuple français et destinée à être lue ou entendue par le peuple français, elle ne devait pas manquer de le persuader de la culpabilité des Lombards en ne lui laissant que la possibilité de se contredire, ce qu’il n’aurait pu faire à moins d’accepter de passer pour un peuple qui manquerait à sa parole. Par ailleurs, il ne peut qu’acquiescer au proverbe qui conclut cette strophe (et bien d’autres) dans la mesure où ce type d’énoncé ne laisse pas de place au débat. Ces vers imposent aux habitants du royaume de France qui les reçoivent d’avoir une représentation bien précise des Milanais : ils sont des voleurs ayant accumulé des richesses au détriment des Français, lesquels se doivent de retrouver leurs biens et de rétablir l’ordre au-delà des Alpes.

Après ces accusations qui opposent les deux adversaires, la suite de la fiction énonciative fait intervenir Ludovic Sforza, prisonnier des Français à l’heure où le texte est diffusé. Nouveau coup de force de la part de l’auteur que de faire parler le principal adversaire du roi au nord de l’Italie, qui venait de lui reprendre des villes. Le public l’entend avouer son usurpation de plein gré, à sa chère Milan dans la fiction, aux Français hors d’elle[3] :

     Ludovic […]
Mais toutesfoys je congnois clerement
Que n’avoie droit de faire empeschement
Au roy Loÿs, car c’est son heritaige ;
Car je ne suis descendu nullement
De la lignee des ducz, mais simplement
Je suis nourry par le noble lignaige.[4]

Ludovic Sforza reconnaît ses torts dans un mètre plus long : l’octosyllabe accusateur laisse place au décasyllabe de la déploration. C’est de cette manière que pouvait procéder Gringore pour légitimer le déplacement des forces françaises et du roi hors des frontières de son royaume, ainsi que les dépenses qu’il engendrait. Selon Les Lettres nouvelles de Milan, ce déplacement offensif n’aurait pas pour but de conquérir un territoire par la force, quitte à faire des victimes, mais de punir des Italiens ayant volé les Français et de retrouver ce qui leur appartient. L’ancien duc de Milan l’avoue lui-même : il est un usurpateur, révélation d’autant plus convaincante qu’elle est faite par le coupable. Gringore impose aux Français de considérer l’entreprise de Louis XII comme juste et les Italiens comme injustes en représentant leurs opinions dans le texte.

En plus de défendre la politique du roi en fustigeant ses ennemis, ce type d’écrit permettait de donner des informations au peuple. Celles de la victoire de Louis XII à Milan et surtout de la répression des révoltes dans le duché à l’issue de laquelle l’ancien duc a été fait prisonnier pour ce qui est des Lettres nouvelles de Milan. Informer le peuple français est également l’un des objectifs d’œuvres politiques postérieures de Gringore tels que L’Entreprise de Venise ou L’Union des Princes, diffusés dans la première moitié de l’année 1509.

Louis XII contre Venise : L’Entreprise de Venise, L’Union des Princes (mars-avril-mai 1509) et Les Abus du monde (octobre 1509)

L’Entreprise de Venise est un témoin du grand développement de la littérature pamphlétaire durant le règne de Louis XII, alors qu’il a besoin de l’appui du peuple pour financer ses expéditions militaires au nord de l’Italie. Ces écrits pamphlétaires ont l’ambition de faire adhérer l’opinion publique à la cause du roi. Tout impôt doit lui paraître justifié et pour ce faire, rien de mieux que de le convaincre que l’argent qui lui est pris est bien dépensé.

À la fin de la décennie 1500, Gringore ne rédige plus son texte politique selon le principe de la prosopopée. C’est l’auteur lui-même qui parle en son nom. Toutefois, une fiction énonciative est de nouveau mise en place. L’auteur s’adresse directement à Venise pour lui dresser la liste de ses méfaits, et notamment celle des territoires qu’elle aurait usurpés à plusieurs souverains européens. Elle est la coupable, eux sont ses victimes.

Pour bien comprendre les enjeux de ce texte, il faut encore se focaliser sur le contexte de sa réception. Il était destiné aux Français plutôt qu’aux Vénitiens (qui ne l’ont sans doute jamais connu), bien que « l’acteur » qui le déclame s’adresse à la Sérénissime. Il faut que Venise soit unanimement condamnée par l’ensemble des Français ; il faut qu’une guerre contre elle leur apparaisse juste afin que Louis XII sorte glorifié des nouveaux conflits italiens. Pour ce faire, l’auteur n’hésite pas à reprendre une idée répandue qui voulait que les Vénitiens aimassent démesurément l’argent. L’Entreprise de Venise tend à faire de cette mauvaise réputation une réalité attestée par des preuves. Venise en devient un État fait d’usuriers venus de tout horizon, très bien considérés et traités pourvu qu’ils aient de l’argent.

Dans le contexte de ce nouveau conflit franco-italien, on retrouve l’importance du proverbe, systématiquement employé dans les écrits polémiques de cette époque. La plupart des strophes énonçant des défauts de Venise sont étayées d’un énoncé sentencieux. Gringore comprend que ce procédé rhétorique contraint des destinataires à adhérer à ses idées parce qu’ils ne peuvent pas contredire un énoncé reposant sur une pensée commune admise par tous. Plus généralement, le style de L’Entreprise de Venise est différent de celui des Lettres nouvelles de Milan. Dans le texte de 1509, l’auteur fait preuve d’une véhémence constante à l’encontre de Venise, qu’il fustige et finit par menacer en ces termes :

Tremblez, tremblez, bourgoys Venicïens,
Vous avez trop de tresors encïens
Mal conquestez : tost desployer les fault.
Roys, princes, ducz, jeunes et encïens,
Seigneurs, marquis trouveront les moiens
Dedans brief temps de vous livrer l’assault.
Considérez vostre cruël deffault,
Et que pecune qui est tresmal acquise
Effacera le regnon de Venise.

Le porc epic de brief vous picquera,
L’aigle de sable lors vous bequetera,
Et les liepars asprement vous mordront,
Le lÿon noir ses dens vous monstrera,
La nouvelle ancre pres de vous ancrera,
Les espaignolz au boys vous chasseront,
Sur vous Rommains leur chesne planteront,
Et le lievre courra sans plus doubter,
Car les vaches viendront pour vous hurter.[5]

L’acteur parle d’un « assaut » qui arrivera sous peu dans la première strophe encadrée par Venise (avec une adresse aux « Vénicïens » dans le premier vers puis l’annonce de la ruine de « Venise » dans le dernier). Dans la deuxième strophe, l’accumulation de verbes au futur a pour fonction de rendre inéluctable l’attaque des divers animaux et du chêne, chacun correspondant à une force européenne[6]. Avec ce type d’annonce, Gringore anticipe la défaite de Venise tout en informant peut-être le peuple français du futur conflit armé dont la nouvelle officielle n’avait été donnée qu’au début du mois de mars 1509.

Ainsi, après les prosopopées que nous avons mises en évidence dans les Lettres nouvelles de Milan, l’auteur prend directement la parole dans L’Entreprise de Venise pour menacer les adversaires de la France. Avant même que la bataille n’ait lieu, des coups sont déjà portés aux Vénitiens par l’intermédiaire de ce type d’écrit polémique. Quelques semaines plus tard, Pierre Gringore récidive avec L’Union des Princes, encore diffusé avant la bataille contre Venise. De manière paradoxale, ce texte est moins violent que L’Entreprise de Venise alors que le conflit armé paraît maintenant imminent. L’auteur préfère exalter la paix qui unit les puissances européennes, paix que pourrait corrompre Venise. Il la met tout de même en garde, mais il ne parle plus des territoires usurpés. Il est beaucoup plus général que dans ses œuvres politiques antérieures, conférant une portée spirituelle à son texte et à l’entreprise européenne dirigée contre les Vénitiens. Beaucoup de sentences sont encore présentes en fin de strophes, cependant elles tournent souvent autour de Dieu et du christianisme, ce qui n’était pas le cas dans L’Entreprise de Venise. Nous pouvons y lire, par exemple : « Dieu resiste contre les orgueilleux » ; « Cueurs obstinez en leur mal Dieu confond » ; « Christ est seul Dieu, sur tous a seigneurie »[7].

Ce n’est qu’après la bataille de mai 1509, qui a opposé les forces européennes représentées par la France à Venise, qu’il est de nouveau question des conflits armés dans une œuvre de Gringore, intitulée Les Abus du monde, texte plus général et plus long que les précédents. Sa portée n’est pas la même, et pour cause : il s’agit d’une œuvre moralisatrice, non directement liée à un fait d’actualité. L’auteur ne traite pas d’une puissance ni d’un conflit précis, mais des « abus » (des « excès ») des hommes en général. Gringore a l’ambition de s’adresser à tous les hommes de toutes les époques. Les Abus du monde n’a pas de portée politique directe contrairement aux textes plus brefs que nous avons évoqués jusqu’à présent, adressés au peuple français contemporain de certaines guerres d’Italie.

Dans son œuvre moralisatrice, l’auteur traite des mauvais comportements des religieux, des femmes, des médisants, etc. Ce n’est que dans le dernier tiers de l’ouvrage qu’il évoque la bataille d’Agnadel au cours de laquelle se sont affrontées les armées française et vénitienne en mai 1509. Il est intéressant de remarquer qu’il intègre ce fait d’actualité à une œuvre qui a l’ambition d’avoir une portée plus large de sorte qu’elle dépasse la simple littérature d’intervention. Finalement, la défaite de Venise y devient un exemple dont il faut se souvenir, comme on le comprend à la lecture des vers suivants :

Veniciens estoient plains de fureur,
Despitz, ingratz comme remplis de erreur.
Se deffendoient par un aspre couraige.
Le cueur royal se monstra si tressaige,
La grace a Dieu, qu’il eut sur eulx victoire,
Dont il sera a tout jamais memoire.[8]

La notion de mémoire est importante dans ces vers. Il faudrait se souvenir de la victoire de Louis XII aussi bien que de la défaite de Venise, ou plutôt de sa punition et des raisons de cette punition. La Sérénissime a mérité son sort du fait de son avarice et de son orgueil d’après Les Abus du monde, où il n’est jamais question de lui reprendre des territoires comme c’était le cas dans L’Entreprise de Venise. Le but du déplacement des forces françaises dans les territoires de Venise paraît avoir changé après le conflit. D’après le texte qui fait suite aux combats, l’enjeu de la bataille était principalement d’ordre religieux, d’où la description d’un roi de France au service de Dieu en tant que garant de la paix européenne. Louis XII et ses faits guerriers s’en trouvent valorisés si bien qu’ils devaient susciter l’admiration du public français, public qui doit considérer l’intervention au nord de l’Italie comme juste et nécessaire, et non la voir comme le produit de l’ambition d’un souverain. Louis XII se devait de combattre une puissance qui menaçait l’équilibre européen et la paix, ce que dit clairement l’acteur dans ces vers :

O gens ingratz, en malice rusez,
Par Dieu en terre anathematisez,
Contradicteurs de la paix tres eureuse,
Precogitez que vous vous abusez
Quant l’union des princes reffusez
Qui ont puissance tres haulte et vertueuse.[9]

D’après cet extrait, les Vénitiens sont de mauvais chrétiens qui méritent d’être punis, et c’est au roi de France que revient la tâche d’infliger cette punition. Tout est mis en œuvre pour que sa présence au nord de l’Italie soit une nécessité aux yeux de ses sujets, comme l’exprime ce passage : « Lombars auront leurs naturelz seigneurs, / Nobles de nom, hardis bellicateurs, / Pour les deffendre de ce lyon cruel. »[10] Le roi Louis XII serait l’un des défenseurs de l’Italie, où il devrait rester pour y préserver la paix. Enfin, au cours des derniers vers du développement consacré à la punition de Venise, et plus généralement des mauvais chrétiens à travers les Vénitiens, l’acteur s’adresse directement aux Français en ces termes : « Pource, peuple, faictes comme le roy / Tres crestien, qui a sa ferme foy. »[11] Le peuple est appelé à prendre exemple sur son roi, c’est-à-dire à se comporter en bon chrétien. Voilà comment Gringore tire des leçons moralisatrices du conflit contre Venise, dans le dessein qu’il soit accepté par le peuple français.

Avec Les Abus du monde, ce n’est plus la généralisation qui est mise au service de la justification d’un fait d’actualité, par l’intermédiaire de l’usage de proverbes et de sentences notamment, mais le fait d’actualité qui est mis au service de la généralisation des leçons morales données. De cette manière-là, le fait d’actualité a nécessairement une interprétation univoque, et la politique expansionniste de Louis XII s’en trouve défendue et justifiée sans qu’elle ne semble l’avoir été.

Les diverses œuvres de Pierre Gringore sont complémentaires d’après la lecture des extraits que nous en avons faite. Chacune participe à la défense de la politique royale, mais de manière différente, ce qui nous mène à dire que Gringore se crée un véritable espace littéraire à partir des guerres d’Italie du début du XVIe siècle. Nous le remarquons concrètement grâce aux effets d’intertextualité qui lient ses textes entre eux. Par exemple, le vers 2335 des Abus du monde déjà cité contient le titre de l’une de ses œuvres antérieures, L’Union des Princes ; de même, dans une miniature illustrant le passage des Abus du monde qui relate la bataille contre Venise, nous voyons des animaux et le chêne cités dans L’Entreprise de Venise autour du lion vénitien.

L’espace littéraire de Pierre Gringore ne manque pas d’être riche, sachant qu’y prend place aussi son œuvre la plus connue : la sottie du Jeu du Prince des Sots et Mère Sotte.

Louis XII contre le pape Jules II : Le Jeu du Prince des Sots et Mère Sotte (23 février 1512)

Pierre Gringore doit trouver un nouveau procédé pour fustiger un adversaire de Louis XII différent des autres. En 1512, le pape Jules II souhaite voir les Français quitter l’Italie définitivement. La situation est délicate pour Louis XII, qui s’oppose maintenant au pape, autorité religieuse que les autres puissances européennes ne défieront pas. Le roi a donc besoin de l’appui du peuple français qui a le sentiment de payer chèrement les campagnes italiennes entreprises depuis la fin du XVe siècle.

Dans ce moment de crise, au début de l’année 1512, la sottie de Gringore peut avoir un impact fort et immédiat sur le public parisien. Le vrai visage du pape Jules II y est révélé sur scène, sans qu’il ne soit jamais nommé. Son caractère belliqueux et injuste est dénoncé au moment même où la pièce est créée. Pour la première fois, Gringore fait d’une question politique un spectacle théâtral, peut-être parce que la situation est urgente. Peut-être aussi parce que la sottie est capable de supporter tous les types de dénonciation : sous couvert du masque de la folie, certaines vérités qui pourraient déranger sont dénoncées en période de carnaval.

La sottie du Jeu du Prince des Sots et Mère Sotte est une nouvelle fiction étroitement liée à l’actualité. En effet, le personnage de Mère Sainte Église, qui représente le pape sur scène, se révèle être Mère Sotte à la fin de la pièce ce qui explique pourquoi son comportement est déréglé. La sottie tend à (dé)montrer que le Prince des Sots (pendant de Louis XII sur scène) ne s’attaque pas à l’Église lorsqu’il s’oppose à Mère Sainte Église, mais à la personne qui se cache derrière son costume, à savoir Mère Sotte-Jules II. Il s’attaque à l’homme et non pas à l’autorité spirituelle qu’il représente. Les procédés du déguisement et du dévoilement, très utilisés dans la sottie, sont parfaits pour transmettre cette idée-là. Dans la fiction, le Prince des Sots-Louis XII refuse de s’opposer à celle qu’il croit être Mère Sainte Église bien qu’elle se comporte mal, avant d’y consentir lorsqu’il comprend que ce n’est autre que Mère Sotte revêtue de l’habit de l’Église. Le public, lui, assiste à l’entreprise de dévoilement qui se joue dès sa première réplique :

La Mere Sotte
habillee par dessoubz en Mere Sotte
et par dessus son habit
ainsi comme l’Eglise.

Sy le diable y devoit courir,
Et deussay je de mort mourir
Ainsi que Abiron et Datan,
Ou dampné avecques Sathan,
Sy me viendront ilz secourir.
Je feray chascun acourir
Aprés moy, et me requerir
Pardon et mercy a ma guise.
Le temporel vueil acquerir
Et faire mon renom florir.
Ha ! Brief, vela mon entreprise.
Je me dis Mere Saincte Eglise,
Je vueil bien que chascun le note.
Je maulditz, anatematise,
Mais soubz l’habit, pour ma devise,
Porte l’habit de Mere Sotte.
Bien scay qu’on dit que je radotte
Et que suis fol en ma vieillesse.
Mais grumeler vueil a ma poste
Mon filz le Prince, en telle sorte
Qu’il diminue sa noblesse.[12]

Comme c’était le cas dans Les lettres nouvelles de Milan, où Ludovic Sforza avouait son usurpation, dans la sottie l’adversaire de Louis XII prend la parole sous le nom de Mère Sotte-Mère Sainte Église et se montre injuste, orgueilleux et arrogant. Sans aucun doute tout de suite méprisé par le public, le personnage avoue être un usurpateur : il porte l’habit du plus grand représentant de l’Église, sans en avoir le comportement. Puis, de la même manière que dans l’écrit politique précédent, l’alter ego du peuple français, la Sotte Commune, lève définitivement le voile :

La Sotte Commune
Affin que chascun le cas notte :
Ce n’est pas Mere Saincte Église
Qui nous fait guerre sans fainctise,
Ce n’est que nostre Mere Sotte.[13]

Au peuple français est attribuée la lucidité de comprendre que la personne sous l’habit n’est pas à la hauteur de l’autorité qu’elle doit représenter. La situation a évolué entre le début et la fin de la pièce, censée faire de Louis XII le véritable défenseur de l’Église face à un pape qui ne fait que se servir d’elle.

En définitive, il est intéressant de voir comment Pierre Gringore s’approprie les guerres d’Italie pour rédiger des textes différents qui s’enrichissent mutuellement et se font écho. Il est l’un des poètes qui acquièrent une certaine renommée en se servant des événements politiques contemporains. Il se forge même un espace littéraire propre à partir d’eux puisque nous voyons des œuvres se répondre alors qu’elles sont liées à des faits d’actualité différents. Des éléments et des procédés sont notamment repris aux Lettres nouvelles de Milan de 1500 pour nourrir la sottie de 1512 ainsi que la moralité qui lui fait suite : l’adjectif péjoratif « italiqué » qui qualifie les Italiens dans le premier texte qualifie certains Français dans la moralité (où il est question de « Français italiqués »). L’obstination est aussi un défaut qui doit être puni dans l’Union des Princes d’abord (défaut mentionné dans une sentence citée précédemment), dans Les Abus du monde ensuite, puis dans la moralité du Jeu du Prince des Sots et Mère Sotte enfin, où il est attribué au personnage qui représente Jules II sous le nom de « l’Homme Obstiné ».

Finalement, dans le contexte relativement contraignant de la littérature de propagande du début du XVIe siècle, Pierre Gringore trouve une certaine liberté créatrice, liberté qui s’épanouit pleinement sur scène, où il crée un spectacle comique qui plaît tout en étant au service du roi contre le pape italien. Il a su faire passer dans le royaume de France, grâce à sa littérature, les conflits qui se jouaient hors de lui, au nord de l’Italie. Il a aussi su s’en servir pour enrichir son œuvre, qui n’a eu de cesse de s’émanciper et de se perfectionner au fil des événements contemporains agitant l’Europe, si bien que nombre de ses créations ont finalement dépassé cette actualité pour être reçues en dehors d’un contexte précis dont elles dépendent pourtant.


Florian DIMECK
Aix-Marseille Université



[1]  Comme le précise Florence Alazard dans La Bataille oubliée. Agnadel, 1509 : Louis XII contre les Vénitiens, « le terme ‘‘propagande’’ suppose un maniement complexe, parce qu’il est immanquablement associé à ses manifestations contemporaines (essentiellement du XXe siècle), à son association avec les pratiques politiques des régimes autoritaires, mais aussi à son inscription dans des logiques de persuasion que les hommes du XX e siècle ont particulièrement explorées ». Par conséquent, il convient d’élargir la signification du substantif pour qu’il s’adapte aux « études sur la Renaissance », et de « privilégi[er] ici une définition assez extensive de la propagande, qui ne sera donc pas récusée : elle regroupe la production de textes (ou d’images) destinés à mobiliser les populations, quelle que soit leur appartenance à un groupe social. […] il faudrait désormais comprendre la propagande comme un faire faire, c’est-à-dire comme une pragmatique de l’action qui mobilise pour provoquer l’engagement de ceux sur lesquels elle agit. Ce n’est donc pas ‘‘l’image du roi’’ ou ‘‘l’imaginaire politique’’ de ses sujets qui importe ici, mais plutôt la façon dont un groupe d’auteurs (qu’il soit ou non animé par une volonté manifeste d’agir sur son public) conduit ses contemporains à se mettre en ordre de marche, soit pour agir, soit pour soutenir l’action d’autrui. » Florence Alazard, La Bataille oubliée. Agnadel, 1509 : Louis XII contre les Vénitiens, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, pp. 64-67.

[2]    Pierre Gringore. Les Lettres nouvelles de Milan dans Cynthia J. Brown, Pierre Gringore. Œuvres polémiques rédigées sous le règne de Louis XII, Librairie Droz, Genève, 2003, p. 83, vv. 143-149.

[3]    La double énonciation est primordiale dans ce type d’œuvre toujours destiné au peuple français mais où les personnages ne s’adressent que rarement directement à lui.

[4]    Pierre Gringore. op. cit., p. 84, vv. 180-185.

[5]    Pierre Gringore, L’Entreprise de Venise, dans Cynthia J. Brown, Pierre Gringore. Œuvres polémiques rédigées sous le règne de Louis XII, Librairie Droz, Genève, 2003, p. 146, vv. 197-214 (nous soulignons).

[6]    Entre autres, le porc-épic représente Louis XII, l’aigle représente l’Empire, le Léopard l’Angleterre, les chiens de race épagneul les Espagnols, et le chêne le pape Jules II.

[7]    Pierre Gringore, L’Union des Princes, dans Cynthia J. Brown, Pierre Gringore. Œuvres polémiques rédigées sous le règne de Louis XII, Librairie Droz, Genève, 2003, pp. 169, 170 et 171, vv. 216, 252 et 270.

[8]    Pierre Gringore, Les Abus du monde [1509], imprimés par Alain Lotrian, Paris, vers 1527, vv. 2289-2294.

[9]    Pierre Gringore, op. cit., vv. 2331-2336.

[10]  Pierre Gringore, op. cit., vv. 2475-2477 (où le « lyon cruel » représente Venise).

[11]  Pierre Gringore, op. cit., vv. 2484-2485.

[12]  Pierre Gringore, La sottie du Jeu du Princes des Sots et Mère Sotte, dans Cynthia J. Brown, Pierre Gringore. Œuvres polémiques rédigées sous le règne de Louis XII, Librairie Droz, Genève, 2003, pp. 271-272, vv. 335-380.

[13]  Pierre Gringore, op. cit., p. 288, vv. 654-657.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search