Giulia Abbadessa – Il mito dell’Italia e la poetica delle rovine di Roma nei racconti di viaggio di Chateaubriand e Madame de Staël

È interessante comparare i racconti dei viaggi in Italia, effettuati rispettivamente da Madame de Staël e da Chateaubriand, per valutare in che misura i due autori si siano influenzati a vicenda[1]. Entrambi rappresentarono Roma in modo privilegiato, ma declinando diversamente la poetica delle rovine[2]. Durante l’Impero Napoleonico, infatti, la città non era più solo una tappa essenziale della formazione artistica[3], ma anche un simbolo politico e religioso.

Come è noto, durante l’esilio ordinato da Napoleone, Madame de Staël assunse un spirito europeo, e viaggiò in Italia per la prima volta tra il 12 dicembre 1804 e il 24 giugno 1805. L’autrice raccolse le sue annotazioni sui costumi, la cultura e i paesaggi italiani in Corinne ou l’Italie (1807), che combina saggio e romanzo allegorico ; la cui storia inizia e finisce a Roma[4].

D’altro canto, Chateaubriand viaggiò in Italia a più riprese[5],  come testimonia l’autobiografia dei Mémoires d’outre-tombe[6] (1803-1846). Il suo primo viaggio avvenne per ragioni politiche opposte a quelle di Madame de Staël : com’è noto, nominato ambasciatore di Francia a Roma da Napoleone nel 1803, l’autore soggiornò in Italia dal 15 giugno 1803 al 21 gennaio 1804. Pur non avendo apprezzato l’idea di partire, Chateaubriand fu affascinato dal viaggio, che raccontò nei libri XIV e XV dei Mémoires e, poi, di nuovo, in forma epistolare, nel Voyage en Italie (1827)[7]. Inoltre l’autore descrisse Roma nei libri XXIX e XXX dei Mémoires, che raccontano il suo ritorno in città su ordine di Martignac, da ottobre 1828 a maggio 1829. Per comparare l’opera di Chateaubriand e Madame de Staël si considererà dunque la loro distanza cronologia : non conobbero entrambi la Restaurazione, che spinse Chateaubriand all’esilio interiore[8].

Il mito dell’Italia e la messa in discussione dell’identità di Roma

Dopo una formazione umanistica, Madame de Staël approfondì la conoscenza della cultura italiana nel salone di Mme Necker e di suo padre, a Coppet ; poi nel suo stesso salone[9]. L’autrice entrò così in contatto con il mito dell’Italia, che era stato celebrato dal Génie du Christianisme di Chateaubriand, ma anche dagli intellettuali conosciuti in Germania durante l’esilio[10]. Fin dall’inizio del viaggio in Italia, inoltre, l’autrice incontrò artisti italiani come Monti a Milano, che la iniziò alla letteratura italiana contemporanea[11]. Malgrado l’incontro con il mito dell’Italia, Madame de Staël non conobbe il « grand apaisement de l’âme » che Chateaubriand le augurò di gustare a Roma :

[…] je ne me sentirais pas capable de passer ma vie à Rome : on y est tellement saisi par l’idée de la mort, elle se présente sous tant de formes, aux catacombes, […], à la piramide de Cestius, dans le souterrains de Saint-Pierre […] Désirer, agir, respirer est presque impossible au milieu de toutes les ruines des espérances et des efforts humains ; je ne m’établirai donc point à Rome…[12]

L’immagine mortuaria di Roma, nel passo sopracitato della lettera inviata a Monti il 30 marzo 1805, si modifica però nell’immaginario di Madame de Staël, quando l’autrice lascia la città e inizia la scrittura di Corinne. Come indica il titolo, nel romanzo staëliano l’Italia stessa s’incarna in Corinne, che esprime nelle sue improvvisazioni poetiche al Campidoglio le aspirazioni d’indipendenza degli italiani[13], con maggior precisione di quella con cui la poetessa descrive Roma a Lord Nelvil[14]. Nel capitolo IV del romanzo, consacrato a Rome, il patrimonio artistico della città diventa simbolo del destino politico e culturale dell’Italia[15]. Se Roma è « patrie des tombeaux » quando invece Corinne la guarda attraverso gli occhi di Lord Nelvil[16], pur incarnando una crisi di valori[17], prima di morire la poetessa, che si era assunta « la tâche de réveiller l’Italie  par le biais l’Art[18] », non rimpiange i suoi canti, volti a onorare il patrimonio artistico romano :

[…] je promis d’honorer ce nom de Romaine […] vous qui toujours applaudissez à l’essor du génie : ce vainqueur sans vaincus, ce conquérant sans dépouilles qui puise dans l’éternité pour enrichir le temps. […] Non, je ne me repens point de cette exaltation généreuse, non, ce n’est point elle qui m’a fait verser les pleurs dont la poussière qui m’attend est arrosée.[19]

Come si è detto, il mito dell’Italia fu celebrato in primis da Chateaubriand nel Génie du Christianisme (1802), in cui la rappresentazione del territorio italiano non risponde a un’esperienza diretta, e Roma è capitale delle nazioni, « Ville éternelle[20] ». In Les Martyrs (1809) l’autore rappresenta l’Italia raccogliendo solo in parte il ricordo del viaggio, che è invece evocato nel Voyage en Italie e nei Mémoires. In particolare, a Roma Chateaubriand incontrò artisti italiani come Canova[21]; comandò un monumento funerario per Madame de Beaumont e una scultura per Poussin ; s’iscrisse all’Accademia Tiberina ; ottenne un permesso per effettuare degli scavi archeologici a Torvergata (MOT, XXIX). Non essendo un esiliato politico come Madame de Staël, ma deluso dalla politica francese[22], Chateaubriand desiderò persino d’« avoir le bonheur » di finire i suoi giorni a Roma (MOT, XXX, XV), pur apprezzando anche altre città, come Ravenna e soprattutto Venezia[23].

Alla ricerca di una patria ideale, l’autore non cessò di evocare nei suoi scritti il mito europeo dell’Italia, che condusse i suoi viaggi come quelli di Madame de Staël[24]. Entrambi visitarono i siti storici e naturalistici della penisola, resi celebri dalla letteratura, presentando tramite la citazione letteraria o omaggi ad autori celebri – talvolta comparati tra loro o accompagnati da un ritratto – o indizi tematici. Ad esempio, il Voyage en Italie e i Mémoires citano Virgilio attraverso le Georgiche e l’Eneide [25], il cui IV libro è una fonte tematica per Corinne[26]. Chateaubriand sembrava anzi evocare la poetessa staëliana, ricordando il « mal du pays », descritto nelle lettere del Voyage en Italie, con le parole di Didone in MOT, XXIX, I. Tuttavia, in primis l’autore identificò sé stesso con Virgilio e il suo viaggio con quello di Enea, come Dante, avendo presentato il cammino per l’Italia, sotto la targa  di Vittorio Emanuele, tolta con il regno rivoluzionario e poi ristabilita da Napoleone, come una discesa infernale, tra gli uccellini delle montagne, « songes placés à l’entrée de l’enfer de Virgile : Foliisque sub omnibus haerent[27] ». D’altronde, la natura italiana era la stessa in cui si muovevano gli antichi : « le Tibre est toujours le flavus Tiberinus de Virgile[28] ».

Per la sua condizione d’esilio, anche Madame de Staël accosta Corinne a Dante[29], ma anche con la Sibilla Cumana dell’Eneide di Virgilio[30]. Nel romanzo staëliano, infatti, l’incontro con l’arte nella natura italiana suscita la « rêverie » sulla mitologia pagana anche senza il filtro della letteratura cristiana :

[…À la] Villa Borghèse […] les splendeurs de la nature et des arts sont rassemblées […]. On y voit des arbres de toutes les espèces et des eaux magnifiques. Une réunion incroyable de statues, de vases […] se mêlent avec […] la jeune nature du sud. La mythologie des anciens y semble ranimée. Les naïades sont placées sur le bord des ondes, les nymphes dans des bois dignes d’elles, […] ; Ovide et Virgile pourraient se promener dans ce beau lieu, et se croire encore au siècle d’Auguste. […] On aperçoit de loin, à travers les arbres, la ville de Rome et St. Pierre, et la campagne et les longues arcades, débris des aqueducs qui transportaient les sources des montagnes dans l’ancienne Rome. Tout est là pour la pensée, pour l’imagination, pour la rêverie[31].

D’altronde, il citazionismo di Chateaubriand è più pronunciato di quello di Madame de Staël[32]. Con la tecnica che Patrizio Tucci definisce « sovrimpressione[33] », l’autore menzionò il suo pantheon letterario ma anche i suoi stessi scritti, per iscriversi nella tradizione a cui si ispirava[34] . Nei Mémoires, infatti, quasi per ogni città visitata, Chateaubriand citò gli intellettuali che le avevano rese celebri[35], comparando il proprio racconto di viaggio con quelli dei suoi predecessori[36].

Descrivendo Roma per la prima volta, tuttavia, l’autore non usò la citazione letteraria, pur menzionando il mausoleo di Cecilia Metella (MOT, XV, VII), che appare anche nel Canto IV del Childe Harold’s Pilgrimage (1818) di Byron, il quale definì la città come « city of the soul[37] ». Le rovine di Roma, è noto, sono il tema fondatore dei Mémoires : mentre Chateaubriand si lasciava « aller à l’abandon sur les ruines », queste divennero il segno del tempo trascorso nella sua vita (MOT, XV, VII)[38]. La prima descrizione di Roma, caratterizzata dalla soggettività dell’autore, s’inscrive nella tradizione romantica, in cui quello in Italia è un viaggio interiore[39]: nel Childe Harold’s Pilgrimage Byron aveva descritto il viaggio a Roma in modo analogo : « […] my soul wander ; I […] stand/ A ruin amidst ruins […][40] ».

Raccontando il ritorno a Roma, Chateaubriand rappresentò di nuovo la città, in cui si erano riuniti nobili decaduti e artisti impoveriti, diversi da quelli della Renaissance, che avevano la fede (MOT, XXIX, VI). Come nel Génie du christianisme,Roma è « reine de l’univers païen et chrétien » (MOT, XXX, XIII), ma questa considerazione segue una digressione sugli artisti che hanno visitato la città, da Rabelais a Madame de Staël (MOT, XXIX, VIII)[41], e un riassunto sulla storia e sulla politica urbanistica dei Francesi a Roma (MOT, XXX, XII).

In particolare, citando i commenti degli artisti, nei Mémoires Chateaubriand li approva o ne prende le distanze : ad esempio, apprezza la rappresentazione del papa come un « roi qui se meurt » di Dupaty, e la definizione di Roma come « Niobé des Nations »del Childe Harold’s Pilgrimage (IV, LXXIX, v. 1) di Byron (MOT, XIX, VIII); ma critica Montaigne per aver abbassato la Roma cristiana davanti alla Roma pagana (MOT, XXIX, II). Inoltre Chateaubriand cita dal Voyage en Italie le proprie lettere su Roma (MOT, XXIX, VII) e sulla campagna romana (MOT, XXXIX, IX), al fine di presentare la città attraverso un prisma personale, formato dai suoi pensieri letterari, politici e religiosi, ma anche dal racconto delle sue attività, come l’incontro con il papa. Come sottolinea Marc Fumaroli, riservando alla rappresentazione di Roma un ampio spazio[42], Chateaubriand si distinse dalla tradizione per affermare una visione cristiana dell’io e della storia sub specie aeternitatis, di cui le rovine della città sono appunto allegoria[43].

Nei Mémoires, pertanto, il mito di Roma e dell’Italia si situano alla frontiera tra storiografia e autobiografia : l’autore « se présente comme le témoin de son temps […] Mais » senza smettere « d’affirmer le rôle d’exception qu’il pense incarner dans l’histoire récente[44] ». Anzi, davanti alla decadenza politica e spirituale dell’epoca, Chateaubriand orchestrò l’idea di un cristianismo malinconico e ironico[45] ; tanto che, prima di lasciare Roma, dove la morte « semble née[46] », l’autore osservò :

[…] mon débris n’est pas assez grand pour se consoler avec celui de Rome (MOT, XXIX, X)[47]

Come sottolinea Béatrice Didier, durante la Restaurazione Chateaubriand era alla ricerca di un esilio interiore[48].

Convergenze e differenze tematiche : politica, società, religione a Roma

La storia di Corinne è ambientata in un periodo antecedente alle conquiste napoleoniche, alla cui rappresentazione Madame de Staël rinunciò per « pouvoir parler plus librement de l’Italie[49] »sottraendosi alla censura; laddove Chateaubrianddedicò all’argomento tutto il capitolo XII del XIX libro dei Mémoires, intitolato Campagnes d’Italie. Inoltre, egli rappresentò gli Italiani come un popolo destinato ad essere sottomesso alla sua epoca, e a influenzare i Francesi dal punto di vista culturale :

Les Français en traversant Rome y ont laissé leurs principes : c’est ce qui arrive toujours quand la conquête est accomplie par un peuple plus avancé en civilisation que le peuple qui subit cette conquête, témoin les Grecs sous Alexandre, témoin les Français en Europe sous Napoléon. (MOT, XXIX, VIII)[50]

Tuttavia, considerandola matura per una « révolution », l’autore tracciò un avvenire in cui l’Italia sarebbe stata « tranquille et purement italienne » :

[…] le jour où elle entrera en jouissance des droits que son intelligence aperçoit et que la marche progressive du temps lui apporte. (MOT, XXX, VI)

Chateaubriand rifletteva così, prima di lasciare Roma, avendo letto Corinne, in cui Madame de Staël difendeva gli italiani contro l’imperialismo, anche citando il Misogallo di Alfieri : l’autrice considerava la rassegnazione dell’Italia un prodotto della storia politica delle nazioni e in primis del colonialismo europeo[51].

Nella misura in cui il sogno dell’indipendenza italiana è un tema centrale in Corinne, la posizione politica di Madame de Staël, fervente sostenitrice del diritto alla libertà degli italiani, differisce da quella di Chateaubriand[52]. Se nei Mémoires, il tessuto delle citazioni, da Virgilio a Dante e Byron, non è scevro di implicazioni politiche[53], Chateaubriand auspica apertamente non l’indipendenza italiana ma l’unità cristiana; contrapponendo forse anche per questa ragione Dante a Byron[54].

Tuttavia,  l’opera di Chateaubriand non è meno engagée di quella staëliana nell’evocare la «  responsabilité historique de tous et chacun »[55]. A Roma, scrivendo una lettera a Thierry, l’autore affermava :

[…] je ne puis, avec cet ingénieux écrivain [M. Guizot], renverser les monuments les plus authentiques, faire de tous les Francs des nobles et des hommes libres, et de tous les Romains-Gaulois des esclaves des Francs. (MOT, XXIX, XIV)

A partire dai Martyrs, in cui rappresentò il conflitto tra i Romani civilizzati e i feroci guerrieri Franchi, Chateaubriand propose una storiografia moderna, non solo mitologica[56]. Nei Mémoires, pertanto, l’autore condannò la devastazione delle chiese italiane da parte dei Francesi, apprezzando invece la capacità degli italiani di venerare il passato (MOT, XXIX, VIII); inoltre, sostenne il governo di papa Leone II, che fece « planter des arbres, arrêter des ermites et des mendiants : autre sujet de plaintes pour la populace » (MOT, XXIX, XV) ; approvando anche la nuova amministrazione francese a Roma :

Les Français de l’Empire eurent à réparer les ravages qu’avaient faits à Rome les Français de la République, ils devaient aussi une expiation à ce sac de Rome accompli par une armée que conduisait un prince français : c’était à Bonaparte qu’il convenait de mettre de l’ordre dans des ruines qu’un autre Bonaparte avait vu croître (MOT, XXX, XIII)

Rappresentando la Roma coeva, Chateaubriand non si attardò sulla descrizione del popolo italiano, che mutava di generazione in generazione[57]. Al contrario, Madame de Staël consacrò agli italiani molte osservazioni e il capitolo VI di Corinne, intitolato Les mœurs et le caractère des Italiens. L’autrice propose un’immagine stereotipata dell’immaginazione appassionata degli italiani[58], che influenzerà Leopardi[59] e ancora oggi i teorizzatori dell’Italian Thought[60]. Tuttavia, l’autrice diede prova di spirito critico osservando che le classi popolari erano superstiziose, e che i nobili erano rinchiusi in casa[61]. Inoltre, Madame de Staël descrisse i « Romains qui sembl[ai]ent habiter » a Roma « non comme des possesseurs, mais comme des pèlerins qui se repos[ai]ent auprès des ruines »[62], appena differenti dagli stranieri che assomigliavano a una folla di topi[63].

A ben vedere, Chateaubriand rappresentò gli stranieri e i nobili romani in termini analoghi (MOT XXIX, IX), e sottolineò anche l’ospitalità degli italiani, come Madame de Staël[64]. D’altronde, nei Mémoires vi è traccia della corrispondenza epistolare con l’autrice di Corinne e citazioni esplicite del suo romanzo[65], che rappresenta le donne come vittime di un sistema patriarcale e nazionalista[66].

Chateaubriand aveva riflettuto sulle donne, dapprima, nel capitolo IX, Des vague des passions, del III libro del Génie du Christianisme : « parmi les peuples modernes » le donne esercitano ancora un’« influence » con la loro « inconstance », che addolcisce la « résolution » dell’uomo[67]. Nei Mémoires, l’autore meditò soprattutto sulle donne amate da poeti italiani, come Dante e Tasso, e ne citò  altre, come Caterina Sforza, che si distinse per un ruolo attivo nella società[68]. Inoltre, Chateaubriand accolse una narrazione femminile dando parola a Zanze, la figlia del prigioniere di Silvio Pellico, rappresentata in Le mie prigioni[69]. Nei Mémoires, la rappresentazione delle virtù cristiane di Zanze[70] appare legata al pensiero di Chateaubriand, secondo cui « depuis Jésus-Christ jusqu’à nous, c’est la société avec l’égalité des hommes entre eux, l’égalité sociale de l’homme et de la femme[71] ». Al contrario, Madame de Staël riconobbe l’ineguaglianza tra gli uomini, ma anche tra uomini e donne, comparando il « peuple », la « dernière classe de la société » alle « femmes », alle quali l’« aristocratie » et « le gouvernement […] demandai[en]t […] de ne point se mêler de politique, de ne point juger l’autorité[72] ». Ciononostante, il pensiero di Chateaubriand in parte evoca la prefazione alla seconda edizione di De la littérature (1800), in cui Madame de Staël sostenne che il cristianesimo aveva favorito la mescolanza tra uomini e donne[73].

D’altronde, Marc Fumaroli sottolinea che la celebrazione della figura di Cristo e lo spirito religioso nel Génie du christianisme (1802) influenzano Corinne[74]. Come spiega Antoine Compagnon, Chateaubriand affermò la necessità politica della religione[75], riferendosi alla tradizione cristiana[76]. Helena Rosenblatt mostra che Madame de Staël stessa adottò una visione politica della religione, legando l’anarchia politica e l’anarchia religiosa, che si erano diffuse in Francia dopo la Rivoluzione, alimentandosi a vicenda[77]. Sulla scia di Benjamin Constant e del pensiero tedesco[78], tuttavia, l’autrice rifiutò ogni dogma in favore di una religione ‘perfettibile’, che potesse portare « le calme à l’âme » dei cittadini francesi, promuovendo i valori civici e una costituzione liberale[79]. In particolare, Florence Lotterie evidenzia che già in De la littérature Madame de Staël propose « un principe laïcisé d’espérance[80] » celebrando « la philosophie[81] » :

[…] la littérature doit remoraliser l’opinion en se faisant le vecteur de la perfectibilité, proposée comme un refuge d’enthousiasme.[82]

In Corinne, Madame de Staël rappresentò riti cattolici e protestanti, rispondendo in modo critico al Génie du christianisme[83]. Combinando paganesimo e cristianesimo, protestantesimo e cattolicismo, razionalismo e misticismo, infatti, il romanzo staëliano promuove una tensione verso il pluralismo[84].

Da questo punto di vista, la scelta di ambientare il cuore della storia a Roma è significativa : la « ville, rendez-vous des Européens[85] » e soprattutto degli esiliati[86], è un incrocio di culture, propizio alla messa in scena dell’integrazione culturale, che Madame de Staël auspicò anche in ambito letterario[87].

Dal canto suo, Chateaubriand affermò in termini analoghi che :

Rome déchue offre un asile aux puissances tombées ; ses ruines sont un lieu de franchise pour la gloire persécutée et les talents malheureux. (MOT, XXIX, VI).

In particolare, sulla scia di Madame de Staël, anche Byron si era soffermato su questo tema :

Oh Rome! […]     The orphans of the heart must turn to thee, / Lone mother of dead empires! [88]

Tuttavia, secondo l’autore dei Mémoires l’« affluence des étrangers protestants à Rome » avrebbe dovuto essere utile per la « recomposition de l’unité catholique » (MOT, XXIX, XV). Egli si lamentò del fatto che gli stranieri avevano rimpiazzato i fedeli :

Des étrangers curieux, séparés de l’unité de l’Eglise, assistaient en passant à la cérémonie et remplaçaient la communauté des fidèles. Une double tristesse s’emparait du cœur. Rome chrétienne en commémorant l’agonie de Jésus-Christ avait l’air de célébrer la sienne […].[89]

Convergenze e differenze stilistiche : la ‘ragion poetica’ delle rovine e il paesaggio italiano della campagna romana

Il Voyage en Italie, i Mémoires e Corinne si distinguono in primis per la loro forma : diversamente dal romanzo staëliano[90], Chateaubriand seguiva la tradizione autobiografica di Montaigne e Rousseau[91]. La diversità tematica influenza anche lo stile dei due autori, che hanno tuttavia dei punti in comune[92]. Anzitutto, entrambi privilegiano un tono epico, sebbene in Chateaubriand il « nous » sia « surtout celui de la nation » francese[93]. Inoltre, il tono di Madame de Staël, tormentata dall’esilio, è malinconico, come testimonia una delle prime frase di Corinne, secondo cui viaggiare è « l’un des plus tristes plaisirs de la vie[94] ». Rappresentando Roma, Chateaubriand descrisse in modo analogo « la nostalgie », « le regret du pays natal », et « le mal du pays » che si opponevano alla « fièvre des ruines » dei « voyageurs » (MOT, XXIX, I)[95]. D’altronde, l’autore sottolineò che la nostalgia stimolava il « dégoût de la patrie » e « l’amour des solitudes[96] ».

In particolare, Chateaubriand indicò il luogo in cui gustare « l’amour des solitudes » nella campagna romana, che ha uno « charme irrésistible[97] ». Nella sua opera, l’opposizione dialettica tra le rovine e la campagna di Roma alludeva al contrasto tra la storia e l’io, che si era accentuato in epoca napoleonica e poi durante la Restaurazione[98].

Come osservò Chateaubriand stesso, la sua Lettre sur la campagne romaine, pubblicata sul celebre giornale della Repubblica delle Lettere, il Mercure de France, il 3 marzo 1803[99], aveva introdotto una nuova tappa poetica nella tradizione europea del mito del viaggio in Italia :

Presque tous les voyageurs anciens et modernes n’ont vu dans la campagne romaine que ce qu’ils appellent son horreur et sa nudité. Montaigne lui-même […] Le protestant Milton […] Lalande et le président de Brosses […] On ne retrouve guère que dans le Voyage sur la scène des six derniers livres de l’Énéide, de M. de Bonstetten, publié à Genève en 1804, un an après ma lettre à M. de Fontanes (imprimée dans le Mercure vers la fin de l’année 1803), quelques sentiments vrais de cette admirable solitude, encore sont-ils mêlés d’objurgations […]. Depuis ma description de la campagne romaine, on a passé du dénigrement à l’enthousiasme. (MOT, XXXIX, IX).

Nella lettera in questione, con un gusto neoclassico, Chateaubriand rappresentava la natura come cassa di risonanza dell’io[100].

Sebbene Madame de Staël rinunci a un simbolismo strettamente personale, secondo l’estetica del « tableau philosophique[101] », anche in Corinne il paesaggio italiano talvolta diventa luogo della ricerca del sé, come nel Dernier chant de Corinne :

Adieu donc, mon pays, adieu donc, la contrée où j’ai reçu le jour. […] Belle Italie ! c’est en vain que vous me promettez tous vos charmes, que pourriez-vous pour un cœur délaissé ? Ranimeriez-vous mes souhaits pour accroître mes peines ? Me rappelleriez-vous le bonheur pour me révolter contre mon sort ?[102]

Rappresentandolo in modo idealizzato, entrambi gli autori compararono dunque il paesaggio italiano all’interiorità[103].

Inoltre, la « campagne romaine » è un luogo « pittoresque » in Corinne come per Chateaubriand[104]: interessandosi al rapporto tra la vegetazione e le rovine, i due autori rappresentarono il paesaggio in modo pittorico[105], assimilandone la visione a dei « tableaux[106] ». Tuttavia, riprendendo Chateaubriand e il contrasto tra lo stato di natura e lo stato civile – su cui si era soffermato in primis Rousseau – nell’opposizione della campagna romana alle rovine, Madame de Staël celebrò la forza della natura stessa e la bellezza della sua varietà[107], ma segnalando anche la sua aria insalubre[108]. Diversamente, come sottolinea Patrizio Tucci, Chateaubriand sviluppò il motivo della natura che imita l’arte osservando che la vegetazione sembrava ristrutturare le rovine[109]. L’autore si allontana così dalla poetica di Rousseau, a cui Madame de Staël resta più fedele[110].

La poetica di quest’ultima e di Chateaubriand differisce anche rispetto alla rappresentazione di Roma stessa. Del resto, la messa in discussione dell’identità della città italiana risuona da tempo nella letteratura europea[111]. Pertanto, riprendendo i motivi classici della vanitas vanitatum e dell’ubi sunt, resi celebri da Les Ruines ou Méditation sur les Révolution des Empires (1791) di Volney, entrambi gli autori esplorarono la poetica delle rovine, che è evocata da Madame de Staël in questi termini :

Il y a dans Rome beaucoup d’hommes distingués dont la seule occupation est de découvrir un nouveau rapport entre l’histoire et les ruines.[112]

Inoltre, entrambi rappresentarono la luna come « l’astre des ruines[113] ». Tuttavia, al chiaro di luna, Corinne provava il sentimento sublime della solitudine davanti all’onnipotenza della Natura[114], laddove Chateaubriand descrisse le « solitudes », come quella di Roma stessa, davanti al corso irreparabile della Storia :

Ce n’est pas connaître l’impression du Colisée que de ne l’avoir vu que de jour ; il y a dans le soleil d’Italie un éclat qui donne à tout un air de fête ; mais la lune est l’astre des ruines. […] à travers les ouvertures de l’amphithéâtre […], une partie de la voûte du ciel parait comme un rideau d’un bleu sombre placé derrière l’édifice. Les plantes qui s’attachent aux murs dégradés et croissent dans les lieux solitaires se revêtent des couleurs de la nuit, l’ame frissonne et s’attendrit tout à la fois en se trouvant seule avec la nature.[115]

Panthéon : sa beauté au clair de la lune.

Colisée : sa grandeur et son silence à cette même clarté.

Saint-Pierre : effet de la lune sur son dôme, sur le Vatican, sur l’obélisque, sur les deux fontaines, sur la colonnade circulaire.

[…] Rome sommeille au milieu de ces ruines. Cet astre de la nuit […] promène ses pâles solitudes au-dessus des solitudes de Rome ; il éclaire des rues sans habitants, des enclos, des places, des jardins où il ne passe personne, des monastères où l’on n’entend plus la voix des cénobites, des cloîtres qui sont aussi déserts que les portiques du Colisée.[116]

D’altronde, pur unificandole nel motivo della vanitas vanitatum e nel mito della « ville éternelle », Chateaubriand oppose la Roma antica alla Roma cristiana :

Non seulement l’ancienne Italie n’est plus, mais l’Italie du Moyen Âge a disparu. Toutefois la trace de ces deux Italies est encore marquée dans la ville éternelle : si la Rome moderne montre son Saint-Pierre et ses chefs-d’œuvre, la Rome ancienne lui oppose son Panthéon et ses débris ; si l’une fait descendre du Capitole ses consuls, l’autre amène du Vatican ses pontifes. Le Tibre sépare les deux gloires assises dans la même poussière, Rome païenne s’enfonce de plus en plus dans les tombeaux, et Rome chrétienne redescend peu à peu dans les catacombes d’où elle est sortie.[117]

La varietà delle rovine di Roma è invece considerata da Corinne in un unicum, non solo tramite il motivo della vanitas vanitatum o in quanto metafora della relazione tra passato e presente, tra paganesimo e cristianesimo, ma anche in virtù di una sorta di ‘integrazione culturale’ promessa dalla storia politica e religiosa della città :

Le mont Quirinal et le mont Viminal se tiennent de si près, qu’il est difficile de les distinguer : c’était là qu’existait la maison de Salluste et de Pompée ; c’est aussi là que le pape a maintenant fixé son séjour. On ne peut faire un pas dans Rome sans rapprocher le présent avec le passé, et les différents passés entre eux. Mais on apprend à se calmer sur les événements de son temps, en voyant l’éternelle mobilité de l’histoire des hommes […].[118]

La poetica staëliana[119] si allontana dallo stile « lyrique funéraire » che caratterizza il topos delle rovine[120], soprattutto in rapporto alla rappresentazione dei monumenti. Questi hanno un linguaggio misterioso, la cui varietà simbolica suscita l’amore tra Corinne e l’amante inglese, il quale ammette che :

[…] on se devient plus cher l’un à l’autre, en admirant ensemble les monuments qui parlent à l’ame […]. Les édifices de Rome ne sont ni froids, ni muets […].[121]

Contemplando San Pietro, Corinne esclama :

Michel-Ange a dit, en voyant la coupole du Panthéon : « Je la placerai dans les airs. ». […] Saint-Pierre est un temple posé sur une église. Il y a quelque alliance des religions antiques et du christianisme dans l’effet que produit sur l’imagination l’intérieur de cet édifice. Je vais m’y promener souvent pour rendre à mon ame la sérénité. La vue d’un tel monument est comme une musique continuelle et fixée […]. C’est un service rendu même à la morale publique, que de faire don à une nation d’un monument qui est l’emblème de tant d’idées nobles […]. Ce temple est une image de l’infini ; il n’y a point de terme aux sentimens qu’il fait naître, à l’immense quantité d’années qu’il rappelle à la réflexion, soit dans le passé, soit dans l’avenir.[122]

La poetessa sembra dunque trovare in parte « l’apaisement d’âme », attraverso la meditazione estetica sull’arte italiana, che appare simbolo di una possibile mescolanza tra le religioni e, dunque, di una nuova religione perfettibile. Prima di morire, lo si è detto, Corinne non rinnega la sua poesia, evocando la città di Roma a cui l’aveva consacrata :

 […] Vous ne rejetez point, ô mon Dieu ! le tribut des talents. L’hommage de la poésie est religieux, et les ailes de la pensée servent à se rapprocher de vous. […] […L]oin que le génie puisse détourner [de la religion …] le sublime […] est un reflet de la divinité. […]. Ce n’est point pour une indigne cause que Corinne a tant souffert. […] Belle Italie ! [….] Et vous, Rome, où mes cendres seront transportées, pardonnez, vous qui avez tant vu mourir, si je rejoins d’un pas tremblant vos ombres illustres […].[123]

Madame de Staël trapone quindi il pensiero di De la littérature sul piano narrativo di Corinne :

On connaît la thèse staëlienne : l’apprentissage du cœur date de la féconde rencontre des barbares du Nord et des cultures décadentes du Sud, en vertu d’une alchimie […] c’est la naissance de la mélancolie […], principe nouveau d’efficacité poétique.[124]

Come aveva criticato il saggio De la littérature, perché « le christianisme seul constituait le “génie même de la mélancolie”[125] », Chateaubriand rifiutò la poetica vivificante delle rovine di Madame de Staël[126], che fu invece ripresa da Byron[127]. Anzi, l’autore dei Mémoires ricordava le sue stesse lettere su Roma e sulla campagna per esprimere una poetica opposta a quella staëliana:

Une compagnie étrangère est venue cet hiver (1829) proposer le défrichement de la campagne romaine : ah ! […] je fuirais Rome pour n’y remettre les pieds de ma vie. Allez traîner ailleurs vos charrues perfectionnées ; ici la terre ne pousse et ne doit pousser que des tombeaux. (MOT, XXIX, IX ; corsivo nostro).[128]

Conclusioni

Il mito europeo dell’Italia influenzò il racconto di viaggio di Madame de Staël e di Chateaubriand, che meritano di essere comparati più dettagliatamente[129] : la ricerca di una patria ideale ma reale è quanto più urgente per i due viatores del XIX secolo. Da membri della République des Lettres, entrambi seguirono la tradizione romantica del viaggio come un viaggio interiore, rappresentandolo secondo la propria soggettività. A Roma, quindi, Chateaubriand interpretò le rovine della storia e i monumenti diversamente da Corinne. In tal senso, il dibattito tra gli autori sull’arte e sulla religione, iniziato con la pubblicazione del Génie du Christianisme e De la littérature, sembra riflettersi precisamente nella loro rappresentazione di Roma[130].


Giulia ABBADESSA
Università degli Studi di Firenze


Bibliografia

Chateaubriand, F.-R., Mémoires d’outre-tombe,éd. Maurice Levaillant et Georges Mouilinier, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1947-1950, 2 vol.

Essai sur les révolutions, Génie du christianisme, éd. Maurice Regard, Paris, Gallimard, 1978.

Viaggio in Italia, sous la direction de Patrizio Tucci, Roma, Carocci, 2010.

Viaggio in Italia, sous la direction de Pierino Gallo, introduction de Jean-Marie Roulin, Imola, Ed. La Mandragora, 2009

Staël, Germaine de, Corinne ou l’Italie, éd. Simone Balayé, Paris, Honoré Champion, 2000.

Alfonzetti, Beatrice; Bellucci, Novella (dir.), Corinne e l’Italia di Madame de Staël, Studi (e testi) italiani : semestrale del Dipartimento di Italianistica e Spettacolo, vol. 25, Roma, Bulzoni, 2010.

Balayé, Simone, L’Éclat et le silence. Corinne ou l’Italie de Madame de Staël, Paris, Champion 1999.

-, Les Carnets de voyage de Mme de Staël, Genève, Droz, 1971.

Batard, Yves, « Chateaubriand et Venise », Annales de Bretagne, T. 64, n. 2, 1957, pp. 163-173.

Berchet, Jean-Claude, « Les Mémoires d’outre-tombe : une “autobiographie symbolique” », Le Moi, l’Histoire 1789-1848, Grenoble, UGA Éditions, 2005, pp. 39-69.

-, « Chateaubriand et le paysage classique », Atti del colloquio : Chateaubriand e l’Italia, promosso dall’Accademia Nazionale dei Lincei in collaborazione con l’ambasciata di Francia nella ricorrenza del II centenario della nascita di Chateaubriand, (Roma, 21-22 avril 1969), Quaderno n. 133, Roma, Accademia Nazionale dei Lincei, 1969, pp. 67-86.

-, « Le rameau d’or : les emblèmes du narrateur dans les Mémoires d’outre-tombe », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 1988, n. 40, pp. 79-95.

-, « Un voyage vers soi », Poétique, 53, 1983, pp. 91-108.

Bertrand, Gilles, Le Grand Tour revisité. Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français en Italie, milieu XVIIIe siècle-début XIXe siècle, Rome, École française de Rome, 2008.

Bhabha, Homi K., Nazione e narrazione, Milano, Meltemi, 2020.

Bodei, Remo, « Una filosofia della ragione impura », Effetto Italian Thouht, E. Lisciani-Petrini, G. Strummiello (dir.), Macerata, Quodlibet, 2017, p. 55-70.

Campanini, Magda, « Goethe, Madame de Staël et Venise. Autour du Voyage en Italie et de Corinne », Fabula. Goethe, le mythe et la science. Regards croisés dans les littératures européennes, Actes du colloque Mulhouse (http://www.fabula.org/colloques/document6198.php).

Cavallin, Jean-Christophe, Chateaubriand mythographe, autobiographie et allégorie dans les Mémoires d’Outre-Tombe, Paris, Honoré Champion, coll. Romantisme et modernité, 2000.

Clément, Jean-Paul, « Chateaubriand et la “fièvre des ruines” », Anabases. Traditions et réceptions de l’Antiquité, 2007, n° 5 (http://journals.openedition.org/anabases/3185).

Compagnon, Antoine, Les Antimodernes, Paris, Gallimard, 2005.

Delon, Michel, « L’Italie de Corinne », L’Italie dans l’imaginaire romantique. Actes du colloque de Copenhague 14-15 septembre 2007, édités par Hans Peter Lund en collaboration avec Michel Delon, Denmark, Kongelige Danske videnskabernes selskab, 2008, p. 81-94.

– (dir.), Mme de Staël : actes du colloque de la Sorbonne du 20 novembre 1999, Paris, Presses Paris Sorbonne, 2000.

– « Corinne ou l’école du regard », Revue de littérature française comparée, n. 13, 1999, pp. 153-159.

-, « Du vague des passions à la passion du vague », Le Préromantisme : hypothèque ou hypothèse ?, actes du colloque de Clermont Ferrand 29-30 juin 1972 établis et présentés par Paul Viallaneix, Klincksieck, 1975, p. 488-498.

Didier, Béatrice, « La Lettre de voyage de Chateaubriand », Romanticismi, La rivista del C.R.I.E.R., Anno II, 2016-2017, pp. 81-90.

-, « Formes du récit de voyage en Italie chez Chateaubriand : les réécritures du premier séjour à Rome », L’Italie dans l’Europe romantique. Confronti letterari e musicali. [actes du colloque de Vérone, 1993], Moncalieri (Turin), CIRVI, 1996.

Friederich, Dominique, Madame de Staël et la vision politique de l’Italie dans Corinne, München, Grin Verlag, 2004.

Fumaroli, Marc, Chateaubriand. Poesia e Terrore, Milano, Adelphi, 2009. (Chateaubriand. Poésie et Terreur, Paris, Gallimard, 2006).

-, « Chateaubriand et l’Italie », L’Italie dans l’imaginaire romantique, op. cit., p. 15-42.

– « Chateaubriand et Rome », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, tome 113, n°1. 2001. Alle origini della biografia femminile : dal modello alla storia. Actes du colloque organisé par le Dipartimento di storia dell’Università degli studi di Firenze, l’École française de Rome et le Comune di Firenze « Progetto donna », Florence 11 et 12 juin 1999. pp. 451-465 (www.persee.fr/doc/mefr_1123-9891_2001_num_113_1_9642).

Gallo, Pierino, L’intertexte épique moderne dans la théorie et la pratique de l’épopée chez Chateaubriand, Littératures, Université Jean Monnet, Saint-Etienne, 2012.

Gautier, Paul, « Chateaubriand et madame de Staël d’après les lettres inédites de Chateaubriand », Revue des Deux Mondes, tome 17, 1903, pp. 633-677.

Guyot, Alain ; Le Huenen, Roland, L’Itinéraire de Paris à Jérusalem de Chateaubriand. L’invention du voyage romantique, Paris, Presses Universitaire Sorbonne, 2006.

Imbert, Christophe, Rome n’est plus dans Rome. Formule magique pour un centre perdu, Paris, Classiques Garnier, 2011.

-, « Les Français à Rome : approche d’une tradition de discours », Anabases, 5, 2007, pp. 105-123.

Lachat, Jacob, « La place du mort : Chateaubriand et sa “Préface testamentaire” », Claudie Bernard, Claude Millet (dir.), L’Histoire épitaphe, « Publications du centre Seebacher », Université Paris Diderot, 2018 (http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/bibliotheque/items/show/42).

Lebegue, Raymond, « Essai sur Chateaubriand lecteur de Montaigne », RHLF, LXXXIII, mars-avril 1983, pp. 249-252.

Béatrice Le Gall, « Le Paysage Chez Madame De Staël », Revue D’Histoire Littéraire De La France, vol. 66, no. 1, 1966, pp. 38–51.

Lotterie, Florence, « De la littérature comme une chose sérieuse : Chateaubriand, Madame de Staël et Napoléon », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 2000, 3, pp. 259-272.

Martinet, Marie-Madaleine, Le Voyage d’Italie dans les littératures européennes, Collection Littératures européennes, Paris, PUF, 1996.

Matteini, David « Il carnevale come soglia del moderno. Permanenze franco-tedesche nella descrizione della festa romana in Corinne ou l’Italie di Germaine de Staël » à  paraître dans LEA – Lingue e Letterature d’Oriente e d’Occidente, 2020.

Mondot, Jean, « Goethe du Nord au Sud Le “Voyage en Italie” et le paradigme du Sud », Revue germanique internationale, 12, 1999, 7-15, consulté le 05 novembre 2020. http://journals.openedition.org/rgi/729.

Munster, Wil, La poétique du pittoresque en France de 1700 à 1830, Genève, Droz, 1991.

Neppi Enzo, « Corinne ou l’Italie de Mme de Staël: i vicoli ciechi dell’incontro culturale e amoroso fra le ‘nazioni’ nell’Europa di primo Ottocento », Italica belgradensia, 2019, 1, 135-156.

Ohnheiser, Danièle, Voyage à Rome: avec Montaigne, Stendhal, Chateaubriand, Goethe, Roma, Palombi, 2002.

Pearson, Roger, Unacknowledged Legislators: The Poet as Lawgiver in Post-Revolutionary France. Chateaubriand-Staël-Lamartine-Hugo-Vigny, Oxford, Oxford University Press, 2016.

Perlwitz, Ronald, « L’Italie ou la genèse du héros romantique », Cahiers d’études italiennes, n. 15, 2012, p. 211-227.

Piva, Marika, Memorie di seconda mano: la citazione nei Mémoires d’outre-tombe, Pisa, Morlacchi, 2008.

Pouzoulet, Christine, « Des ambivalences de l’“Improvisation de Corinne au Capitole” ou à la recherche d’une nouvelle italianité… », Une mélodie intellectuelle. Corinne ou l’Italie de Germain de Staël, sous la direction de Christine Planté, Montpellier, Université Paul Valéry-Montpellier III, 2000, pp. 205-232.

Pozzi, Regina, Tra storia e politica : saggi di storia della storiografia, Napoli, Morano, 1996.

Rosenblatt, Helena, « Madame de Staël’s religión », Storia del pensiero politico, Bologna, Il Mulino, 2018, n. 3, pp. 403-418.

Saminadayar-Perrin, Corinne, « Autour de Virgile : poétique et politique », Une mélodie intellectuelle. op. cit, pp. 159-180.

Schuerewegen, Franc, « Le Poète est un nageur. Brèves remarques sur Chateaubriand et Byron », L’Esprit Créateur, Écritures du rivage : mythes, idéologies, jeux, vol. 51, No. 2, 2011, pp. 4-13.

Sciara, Giuseppe, « Pregiudizi duri a morire: la lenta riscoperta del pensiero politico di Germaine de Staël negli ultimi quarant’anni », Storia del pensiero politico, op. cit., pp. 349-368.

Jean Starobinski, L’invention de la liberté, Genève, Skira, 1964.

Tucci, Patrizio, « Zanze de Silvio Pellico à Chateaubriand », Écritures du moi, paysages, figures dans l’œuvre de Chateaubriand, Paris, Classiques Garnier, 2018, pp. 239-260.

Wilkes, Joanne, Lord Byron and Madame de Staël : born for opposition, Aldershot, Ashgate 1999.

Vinet, Alexandre, Études sur la littérature française au XIXe siècle. Madame de Staël et Chateaubriand (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k201428m.image).

Zanone, Damien, « “tableau philosophique” dans “Corinne ou l’Italie” », Une mélodie intellectuelle, op. cit.pp. 9-29.


[1] Sul rapporto tra i due autori cf. Paul Gautier, « Chateaubriand et madame de Staël d’après les lettres inédites de Chateaubriand », Revue des Deux Mondes, n° 17, 1903, pp. 633-677 ; Florence Lotterie, « Chateaubriand contre Madame de Staël : la lettre sur la perfectibilité, ou du progrès hors des limites de la simple raison », Revue des sciences humaines, n° 247, 1997, pp. 89-105 ; Marc Fumaroli, Chateaubriand. Poesia e Terrore, Milano, Adelphi, 2009, p. 560sq.

[2] Lo studio su Corinne e sui Mémoires di Alexandre Vinet, Études sur la littérature française au XIXe siècle. Madame de Staël et Chateaubriand, Paris, Fischbacher, p. 106sq., è stato ridiscusso da Florence Lotterie, « De la littérature comme une chose sérieuse : Chateaubriand, Madame de Staël et Napoléon », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 2000, pp. 259-272.

[3] Christophe Imbert, « Les Français à Rome : approche d’une tradition de discours », Anabases, n° 5, 2007, pp. 105-123.

[4] Id., Corinne ou l’Italie, a cura di Simone Balayé, Paris, Honoré Champion, 2000 ; da ora in avanti Corinne rinvia a questa edizione. Dominique Friederich, Madame de Staël et la vision politique de l’Italie dans Corinne, München, Grin Verlag, 2004, p. 3 : l’autrice definisce il suo romanzo « livre sur l’Italie […] dans une lettre à Friederich Schlegel en novembre 1805 ».

[5] Per un riassunto dei viaggi in Italia di Chateaubriand si veda l’edizione del Viaggio in Italia, a cura di Pierino Gallo, intr. di Jean-Marie Roulin, Imola, La Mandragora, 2009.

[6] I viaggi in Italia sono descritti nei libri XIV, XV, XXIX, XXX, XXXIX e XL dei Mémoires d’outre-tombe,a cura di Maurice Levaillant e Georges Mouilinier, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1947-1950, 2 vol. Da ora in avanti MOT rinvia a questa edizione.

[7] Cf.Béatrice Didier « Formes du récit de voyage en Italie chez Chateaubriand : les réécritures du premier séjour à Rome », L’Italie dans l’Europe romantique. Confronti letterari e musicali. Actes du colloque de Vérone, 1993, Torino, Moncalieri, CIRVI, 1996 ; Chateaubriand, Viaggio in Italia, a cura di Patrizio Tucci, Roma, Carocci, 2010. Il testo avrebbe dovuto essere più voluminoso, ma del progetto iniziale l’autore conservò solo il titolo prestabilito, per evocare il Voyage en Amérique, edito lo stesso anno.

[8] Id., « De l’émigration à l’exil intérieur : Chateaubriand », Cahiers de l’AIEF, 1991, n° 43, pp. 59-80.

[9] Simone Balayé, L’éclat et le silence. Corinne ou l’Italie de Madame de Staël, Paris, Honoré Champion, 1999, pp. 7-10. Madame de Staël incontrò a Coppet il conte Francesco Melzi d’Eril, vicepresidente della Repubblica cisalpina, e nell’estate del 1804 alcuni esuli napoletani : principi liberali come il duca d’Acerenza, il conte Copertino Pignatelli, il principe Belmonte.

[10] Come Goethe, Bonstetten (autore del Voyage sur la scène des six derniers libres de l’Enéide) e Sismondi, che riservò ampio spazio all’Italia in Des littératures du Midi de l’Europe (1812) e raggiunse Madame de Staël a Torino all’inizio del viaggio, per lasciarla a Firenze il 14 maggio 1805. S. Balayé, L’Éclat et le silence, op.cit., p. 12 ; D. Friederich, Madame de Staël, op.cit., p. 5.

[11] Ibidem.

[12] Lettera di Madame de Staël a Monti del 30 marzo 1805, citata da Novella Bellucci « La fine di Corinne », Corinne e l’Italia di Madame de Staël, Studi (e testi) italiani : semestrale del Dipartimento di Italianistica e Spettacolo, vol. 25, Roma, Bulzoni, 2010, p. 183-196, cit. p. 186.

[13] Christine Pouzoulet, « Des ambivalences de l’“Improvisation de Corinne au Capitole” ou à la recherche d’une nouvelle italianité… », Une mélodie intellectuelle, Corinne ou l’Italie, de Germain de Staël, Christine Planté (dir.), Montpellier, Université Paul Valéry-Montpellier III, 2000, pp. 205-232. Secondo D. Friederich, Madame de Staël, op. cit., p. 23 : « Corinne retranscrit parfaitement l’idée du Risorgimento, terme apparu vers 1775 et popularisé par Vittorio Alfieri ».

[14] Il romanzo presenta, come noto, degli errori e delle inesattezze, segnalate da Simone Balayé nella sua edizione di Corinne, op. cit.

[15] Corinne, IV, II : « […] ne trouvez-vous pas, milord, qu’un peuple qui honore ainsi les talents qu’il possède mériterait une plus noble destinée ? ». L’identificazione « fra Roma e l’Italia » è realizzata in Corinne tramite la citazione del Misogallo di Alfieri, di cui si dirà più avanti ; Beatrice Alfonzetti, « La statua in rovina. La tragedia fra nazione e virtù », Corinne e l’Italia di Madame de Staël, op. cit, p. 117-139, cit. p. 120. A Roma Madame de Staël conobbe artisti italiani del Medioevo e del Rinascimento, tra cui Vittorio Alfieri, Alessandro Verri, Vincenzo Monti, Carlo Goldoni, Carlo Gozzi; S. Balayé, L’Éclat et le silence, op. cit., p. 12.

[16] N. Bellucci, « La fine di Corinne », p. 183-196, cit. p. 191

[17] Michel Delon,Michel Delon,atura italiana contn rimpiange le empo, incarna una crisi di valori,pirazioni d’iziò alla letteratura italiana cont « L’Italie de Corinne », L’Italie dans l’imaginaire romantique. Actes du colloque de Copenhague 14-15 septembre 2007, dir. Hans Peter Lund e Michel Delon, Denmark, Kongelige Danske videnskabernes selskab, 2008, p. 81-94.

[18] D. Friederich, Madame de Staël, p. 12.

[19] Corinne, XX, V, Dernier chant de Corinne.

[20] Id., Génie du christianisme, IVe partie, livre V, chapitre VI, dans Essai sur les révolutions, Génie du christianisme, a cura di Maurice Regard, Paris, Gallimard, 1978, p. 1052 : « Rome chrétienne a été pour le monde moderne ce que Rome païenne fut pour le monde antique, le lien universel ; cette capitale des nations […] semble […] la Ville éternelle ».

[21] Tuttavia, l’autore osserva in MOT, XL, I : « Je n’ai connu ni Cesarotti, ni Monti ; j’aurais été heureux de rencontrer Pellico et Manzoni […] ».

[22] Cf. Antoine Compagnon, Les Antimodernes, Paris, Gallimard, 2005.

[23] Yves Batard, « Chateaubriand et Venise », Annales de Bretagne, n° 64/2, 1957, pp. 163-173.

[24] Cf. Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité. Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français en Italie, milieu XVIIIe siècle-début XIXe siècle, Rome, École française de Rome, 2008.

[25] J.-C. Berchet, « Le rameau d’or : les emblèmes du narrateur dans les Mémoires d’outre-tombe », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 1988, n° 40, pp. 79-95.

[26] Corinne Saminadayar-Perrin, « Autour de Virgile : poétique et politique », Une mélodie intellectuelle, op. cit., pp. 159-180.

[27] J. C. Berchet, « Le rameau d’or », p. 91. 2010.

[28] Viaggio in Italia, a cura di Patrizio Tucci, op. cit.

[29] D. Friederich, Madame de Staël, op. cit., p. 4. Dante è considerato il padre del sentimento nazionale italiano da Simonde de Sismondi, cf. B. Alfonzetti, « La statua in rovina », op. cit., p. 132.

[30] C. Saminadayar-Perrin, « Autour de Virgile », op. cit., pp. 159-180.

[31] Corinne, V, III.

[32] Raccontando l’ascensione al Vesuvio in Corinne, Madame de Staël non citava i suoi predecessori, come Chateaubriand, che descrisse la propria nel Mercure de France (12 luglio 1806). L’autrice inoltre rimpianse di non aver fatto il cammino « en sauvage sans avoir rien lu » ; S. Balayé, Les Carnets de voyage de Mme de Staël, Genève, Droz, 1971, pp. 120-121. Chateaubriand evocò invece Omero, Anacreonte, Vigilio, Plinio, Dante nel Viaggio in Italia, op. cit., p. 36.

[33] Ibidem. Chateaubriand è definito creatore del « voyage littéraire » da J.-C. Berchet, « Un voyage vers soi », Poétique, 53, 1983, pp. 91-108, cit. pp. 94-95.

[34] Ad esempio, raccontando il viaggio a Napoli nei Mémoires come nel Voyage en Italie, Chateaubriand scriveva « Je montai au Vésuve et descendis dans son cratère. Je me pillais : je jouais une scène de René » (MOT, XV, VII).

[35] Ad esempio, Dante nel caso di Ravenne (MOT XXIX, II).

[36] Come Montaigne (MOT, XXIX, II) ; Raymond Lebegue, « Essai sur Chateaubriand lecteur de Montaigne », RHLF, n° 83, 1983, pp. 249-252.

[37] Childe Harold’s Pilgrimage, IV, LXXVIII, v. 1in Id., The Major Works. Including Don Juan and Childe Harold’s Pilgrimage. Oxford, Oxford University Press 2008, p. 170.

[38] Alain Guyot, Roland Le Huenen, L’Itinéraire de Paris à Jérusalem de Chateaubriand. L’invention du voyage romantique, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2006.

[39] Ronald Perlwitz, « L’Italie ou la genèse du héros romantique », Cahiers d’études italiennes, n° 15, 2012, p. 211-227.

[40] Childe Harold’s Pilgrimage, IV, XXV, v. 1-3in op. cit., p. 155. Su Chateaubriand e Byron cf. Franc Schuerewegen, « Le Poète est un nageur. Brèves remarques sur Chateaubriand et Byron », L’Esprit Créateur, Écritures du rivage : mythes, idéologies, jeux, vol. 51, n° 2, 2011, pp. 4-13.

[41] Tra ci altri autori citati vi sono Montaigne, Milton, Lalande, Duclos, Dupaty, Goethe e Byron. (MOT, XXIX, VIII).

[42] M. Fumaroli, « Chateaubriand et Rome », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, vol. 113, n° 1. 2001, pp. 451-465.

[43] F. Lotterie « De la littérature comme une chose sérieuse », op. cit., pp. 263-264 : « Chez Chateaubriand […] la poésie reste […] valorisée comme pouvoir de la vision, capable de saisir le travail des grandes forces de l’histoire au-delà de la vaine écume des actions des hommes. C’est pourquoi les Mémoires vont proposer une épopée de remplacement qui tienne compte de la qualité mythique de l’histoire […] ».

[44] Jacob Lachat, « La place du mort : Chateaubriand et sa “Préface testamentaire” », Claudie Bernard, Claude Millet (dir.), L’Histoire épitaphe, « Publications du centre Seebacher », Université Paris Diderot, 2018, p. 5.

[45] M. Fumaroli, « Chateaubriand et l’Italie », L’Italie dans l’imaginaire romantique, pp. 15-42.

[46] MOT, XXX,XIII, « […] la mort semble née à Rome. Il y a dans cette ville plus de tombeaux que de morts […] ».

[47] Poco prima della Settimana Santa, Chateaubriand scrisse in MOT, XXX,VI : « Toutes les ruines semblent rajeunir avec l’année […] Je suis du nombre ». Cf. MOT, XXIX, XII : « Les sautillements sur les ruines du Capitole, les mœurs uniformes que la grande société porte partout, sont des choses bien étranges […] ».

[48] Id., « De l’émigration à l’exil intérieur », op. cit., p. 59.

[49] D. Friederich, Madame de Staël, op. cit., p. 6, e p. 9 : « En situant la majeure partie du roman en 1794 et 1795, Madame de Staël décrit une Italie d’avant les conquêtes de Napoléon, les œuvres d’art emportées en France par ses troupes à partir de 1796 se trouvant encore à leur place initiale : “Les chefs-d’œuvre de la peinture étaient alors réunis à Rome, et sa richesse, sous ce rapport, surpassait toutes celles du reste du monde” »; cf. Corinne, VIII, III.

[50] Cf. MOT, XIV, VII : « À mon passage à Milan, un grand peuple réveillé ouvrait un moment les yeux. L’Italie sortait de son sommeil, et se souvenait de son genre comme d’un rêve divin : utile à notre propre renaissance, elle apportait dans la mesquinerie de notre pauvreté la grandeur de la nature transalpine, nourrie qu’elle était, cette Ausonie, aux chef-d’œuvre des arts et dans les hautes réminiscences d’une patrie fameuse. L’Autriche est venue : elle a remis son manteau de plomb sur les Italiens ; elle les a forcés à regagner leur cercueil. Rome est rentrées dans ses ruines, Venise dans sa mer […] comme un astre qui ne doit plus se lever ».

[51] Corinne, IV, III : « Servi siam sì, ma servi ognor frementi. Nous sommes esclaves, mais des esclaves toujours frémissants dit Alfieri ». Chateaubriand evocò Alfieri (e non la sua opera) nei Mémoires e nel Voyage en Italie, senza esplicitare le sue idee politiche. Tuttavia, egli cita le Le mie prigioni di Pellico, protestando contro la pena di morte per delitti d’opinione in MOT, XXXIX, VI.

[52] I due scrittori « se portaient en avant de la littérature contemporaine, l’un par un retour plein d’amour vers le passé, l’autre par un élan plein d’enthousiasme vers l’avenir » ; A Vinet, Études, op. cit, p. 12.

[53] Si legga anche la dichiarazione in MOT, XXIX, II : « Je n’avais jamais si bien admiré les Carrache qu’à la nouvelle galerie de Bologne. J’ai cru voir la sainte Cécile de Raphaël pour la première fois, tant elle était plus divine qu’au Louvre, sous notre ciel barbouillé de suie ».

[54] Ibidem : « Eh ! que me faisaient Childe-Harold et la signora Giuccioli en présence de Dante et de Béatrice ! Le malheur et les siècles manquent encore à Childe-Harold ; qu’il attende l’avenir. Byron a été mal inspiré dans sa Prophétie de Dante ».

[55] F. Lotterie « De la littérature comme une chose sérieuse », op. cit. p. 271.

[56] Chateaubriand stimolò il gusto per la storia in Thierry, cf. Regina Pozzi, Tra storia e politica : saggi di storia della storiografia, Napoli, Morano, 1996 ; Jacob Lachat, « La place du mort », op. cit., p. 6.

[57] MOT, XXIX, VII : « Si j’avais peint la société de Rome il y a un quart de siècle, […] je serais obligé de retoucher mon portrait ; il ne serait plus ressemblant ». Tucci cite une opposition, rendue célèbre par Stendhal dans L’Italie en 1818, pour souligner que Chateaubriand s’intéresse plus aux murs qu’aux mœurs dans sa préface à Viaggio in Italia, op. cit., p. 25.

[58] Nell’evoluzione degli stereotipi europei, è noto, il Voyage en Italie di Goethe giocò un ruolo chiave cf. Jean Mondot, « Goethe du Nord au Sud Le “Voyage en Italie” et le paradigme du Sud », Revue germanique internationale, n° 12, 1999, 7-15.

[59] Marco Dondero, « Il modello di Corinne e il Discorso sugli italiani », Corinne e l’Italia di Madame de Staël, op. cit., 241-256.

[60] Remo Bodei, « Una filosofia della ragione impura », Effetto Italian Thouht, E. Lisciani-Petrini, G. Strummiello (dir.), Macerata, Quodlibet, 2017, p. 55-70.

[61] Corinne, V, III. Fu Vincenzo Monti a reclamare l’indulgenza di Madame de Staël verso la superstizione del popolo italiano. D. Friederich, Madame de Staël, op.cit., p. 6, precisa che la doppia origine di Corinne, inglese e italiana, le consente di osservare a distanza i difetti della cultura italiana, Ivi, p. 14.

[62] Corinne, I, V.

[63] Corinne, V, III. 

[64] Corinne, X, II : « Il n’y a point de peuple plus tolérant quel es Romains, ils sont accoutumés à ce qu’on ne vienne chez eux que pour voire et pour observer. » ; MOT, XV, V : « La population romaine, accoutumée aux étrangers, leur sert de frères et de sœurs ».

[65] Nell’episodio di Roma, già menzionato, e in quello di Venezia, cf. MOT, XXXIX, XIII : Chateaubriand compara Corinne con la Margherita de Byron e descrive il « bruit du canon [indiquant qu’une religieuse prend le voile] qui annonce l’obscur sacrifice d’une jeune fille » come un « avis solennel qu’une femme résignée donne aux femmes qui luttent encore contre le destin », riprendendo le parole di Madame de Staël.

[66] Enzo Neppi, « Corinne ou l’Italie de Mme de Staël: i vicoli ciechi dell’incontro culturale e amoroso fra le ‘nazioni’ nell’Europa di primo Ottocento », Italica belgradensia, 2019, n° 1, pp. 135-156, cf. p. 144.

[67] Chateaubriand, Génie du christianisme, op. cit. pp. 714-715. Secondo Fumaroli, nei Martyrs Chateaubriand crea personaggi femminili della stessa importanza di quelli di Mme de Staël, sebbene più vicini ad allegorie che a personaggi reali ; Id. Chateaubriand, op. cit. p. 560. Vinet sottolinea che in René c’è « l’idée de Corinne : du côté de l’homme, la passion sans dévouement ; du côté de la femme, l’abandon d’un dévouement absolu, ou sans la barrière du respect ». Id., Études, op. cit, p. 310.

[68] MOT, XXIX, 2 : « Catherine Sforza déclara à ses ennemis, prêts à égorger son fils unique, qu’elle pouvait encore être mère ». Chateaubriand rappresenta dunque la donna sempre come madre o sposa, in rapporto all’uomo.

[69] MOT, XL, V ; sulle donne nei Mémoires si veda P. Tucci, « Zanze de Silvio Pellico à Chateaubriand », Écritures du moi, paysages, figures dans l’œuvre de Chateaubriand, Paris, Classiques Garnier, 2018, pp. 239-260.

[70] Chateaubriand compara Zanze a Isotta, « qui […] a plaidé pour Eve contre Adam, comme Zanze plaide pour elle-même contre Pellico » ; Ibidem.

[71] MOT, XXX, II.

[72] Corinne, livre XV, chapitre VIII.

[73] « Dans les siècles corrompus de l’empire romain, la licence la plus effrénée avait arraché les femmes à la servitude par la dégradation ; mais c’est le christianisme qui, du moins dans les rapports moraux et religieux, leur a accordé l’égalité » ; E. Neppi, « Corinne… », op. cit., p. 144. Sul Mercure de France (22 dicembre 1800), Chateaubriand commentò la seconda edizione di De la littérature ; P. Gallo, L’intertexte épique, op. cit., p. XIX. Si rileggano in proposito le osservazioni di F. Lotterie « Chateaubriand contre Madame de Staël », op. cit., p. 96 : « Non sans malignité Chateaubriand se plaint de ne trouver dans De la littérature que “l’imagination, le goût du sophisme, et la pensée inconstante et versatile de la femme” ».

[74] E in Delphine cfr. Fumaroli, Chateaubriand, op. cit., p. 560sq.

[75] Nell’Essais sur les révolutions : « […] il faut une religion, ou la société périt » ; A. Compagnon, Les Antimodernes, op. cit., p. 159.

[76] Génie du christianisme : « Nous gouvernements modernes doivent incontestablement au christianisme leur plus solide autorité, et leurs révolutions moins fréquentes » ; Ivi, p. 158-159.

[77] Id., « Madame de Staël’s religion », Storia del pensiero politico, Bologna, Il Mulino, 2018, pp. 403-418.

[78] Ivi, p. 409: « The animating idea behind Constant’s monumental work [De la religion considérée dans sa sources, ses formes et ses développements], inspired by the most advanced German thought, was an idea that Madame de Staël shared : religious dogmas were not meant to be stationary ; rather, they were “perfectible” ».

[79] Le osservazioni di Rosenblatt riguardano soprattutto De l’Allemagne (1813).

[80] F. Lotterie, « Chateaubriand contre Madame de Staël », op. cit., p. 98.

[81] Chateaubriand, Lettre à M. de Fontanes sur la seconde édition de l’ouvrage de Mme de Staël : « Madame de Staël donne à la philosophie ce que j’attribue à la religion » ; Ivi, p. 99.

[82] Ivi, p. 101.

[83] D. Friederich, Madame de Staël, op. cit. p. 14 « Madame de Staël considère le catholicisme, restauré après la Révolution par Napoléon avec le Concordat de 1802, comme plus favorable à la dictature que la religion protestante, libérale dans son essence : elle affirme sa vision du protestantisme en tant que religion du progrès et de la liberté, Corinne parlant des “principes libéraux” du protestantisme et des “dogmes absolu” du catholicisme ».

[84] Corinne, livre IX, chapitre XVI : « la régularité des cérémonies […] gêne le libre élan du cœur, qui donne seul à l’homme l’espérance de se rapprocher de la divinité ». Si veda la prefazione di S. Balayé alla sua edizione di Corinne, op. cit.

[85] Corinne, Livre VI, Chapitre I.

[86] San Pietro è simbolo di Roma come città degli esiliati in Corinne, Livre VI, Chapitre I : « […]. Je n’examine jamais Saint-Pierre en détail, […] je n’aime pas à y trouver ces beautés multipliées qui dérangent un peu l’impression de l’ensemble. […] Ce temple est comme un monde à part. […]. Une église souterraine est bâtie sous le parvis de ce temple ; les papes et plusieurs souverains des pays étrangers y sont ensevelis […]. Rome, depuis longtemps, est l’asile des exilés du monde, Rome elle-même n’est-elle pas détrônée ! son aspect console les rois dépouillés comme elle ».

[87] Come testimonia De l’esprit des traductions (1816). Sul ruolo civile della donna scrittrice secondo Madame de Staël, cf. Roger Pearson, Unacknowledged Legislators : The Poet as Lawgiver in Post-Revolutionary France. Chateaubriand-Staël-Lamartine-Hugo-Vigny, Oxford, Oxford University Press, 2016, p. 158-296.

[88] Childe Harold’s Pilgrimage, IV, LXXVIII, vv. 1-2, op. cit., p. 170. Su Byron e Madame de Staël cf. Joanne Wilkes, Lord Byron and Madame de Staël : born for opposition, Aldershot, Ashgate 1999.

[89] MOT, XXX, VI.

[90] Corinne si allinea ai primi scritti di Chateaubriand, cf. B. Didier, « Roman et autobiographie en France au début du XIXe siècle : Atala, René et les Mémoires d’outre-tombe », in Romanzo e autobiografia in Francia al inizio dell’Ottocento. Il signo dell’io, actes du colloque de Pavie, 1990, dir. A. Agezzi e A. Canastesi, Udine, Campanetto, 1992.

[91] Jean-Claude Berchet, « Les Mémoires d’outre-tombe : une “autobiographie symbolique” », Le Moi, l’Histoire 1789-1848, Grenoble, UGA Éditions, 2005, pp. 39-69.

[92] Una comparazione raffinata dal punto di vista contenutistico, ma talvolta forzata dal punto di vista stilistico è quella di Vinet, Études, op. cit., p 380 : Mme de Staël « est trop dominée par sa sensibilité […] pour être librement artiste ; M. de Chateaubriand, doué de plus d’imagination que de sensibilité, est pourvu de l’un et de l’autre dans des proportions singulièrement favorables aux exigences de l’art ». Si veda il commento all’analisi di Vinet di F. Lotterie, « De la littérature comme une chose sérieuse », op. cit., p. 268.

[93] Ivi, p. 270 : « ils ont répondu à l’impossibilité de la confrontation directe au tyran par l’insertion de leur discours dans le champ large du « nous » de l’humanité tout entière ».

[94] Corinne, I, II. Cf. livre X, VI : « le mal du pays, terrible douleur des exilés ! ».

[95] In questo momento Chateaubriand viaggiava in Italia su ordine di Martignac. Jean-Paul Clément, « Chateaubriand et la “fièvre des ruines” », Anabases. Traditions et réceptions de l’Antiquité, n° 5, 2007.

[96] Ibidem. B. Didier, « De l’émigration à l’exil intérieur », op. cit., p. 59 : « La Restauration, même si, comme Chateaubriand, ils [les écrivains] tentent d’y adhérer, ne fait qu’aiguiser les nostalgies, dans une prise de conscience de l’irréversible. Tout alors est exil, et l’intériorisation de ce thème est […] poignante […] ».

[97] MOT, XXVII, II.

[98] Ibidem.

[99] B. Didier, « La Lettre de voyage de Chateaubriand », Romanticismi, La rivista del C.R.I.E.R., Anno II, 2016-2017, pp. 81-90, p. 86.

[100] MOT, XV, VII : « Je ne vais pas tout dire en détail mais seulement ce qui est beau » ; J.-C. Berchet, « Chateaubriand et le paysage classique », Atti del colloquio : Chateaubriand e l’Italia, Quaderno n. 133, Roma, Accademia Nazionale dei Lincei, 1969, pp. 67-86, p. 76.

[101] Damien Zanone, « “tableau philosophique” dans “Corinne ou l’Italie” », Une mélodie intellectuelle, op. cit. pp. 9-29. Alcuni esempi di quadri filosofici sono in Corinne, XIII, IV : « La campagne de Naples est l’image des passions humaines : sulfureuse et féconde […] » ; e Ivi, XI, II : le « Vésuve cause un […] battement de cœur […] tout notre être est agité par cette puissance de la nature, dont les combinaisons sociales nous avaient distraits longtemps ».

[102] Corinne, XX, V. Béatrice Le Gall, « Le Paysage Chez Madame De Staël », Revue D’Histoire Littéraire De La France, vol. 66, n° 1, 1966, pp. 38–51.

[103] Sullo sguardo soggettivo di Corinne cf.M. Delon, « Corinne ou l’école du regard », Revue de littérature française comparée, n° 13, 1999, pp. 153-159.

[104] Corinne, IV, IV : « On y trouve un mélange si remarquable de ruines et d’édifices, de campagnes et de déserts, qu’on peut contempler Rome de tous les côtés, et voir toujours un tableau frappant dans la perspective opposée. » ; Corinne, VII, III : « […] on découvrait Rome et la campagne. […] ». Corinne, XV, IV : « Corinne contempla Rome jetée dans la campagne inculte comme une Oasis dans les déserts de la Libye ».

[105] Effet pittoresque des ruines è il III capitolo del Génie du christianisme, op. cit. Cf. Wil Munster, La poétique du pittoresque en France de 1700 à 1830, Genève, Droz, 1991.

[106] Nei suoi « tableaux » Chateaubriand evoca la pittura di Poussin e Lorrain, Cf. Berchet, « Chateaubriand et le paysage classique », op. cit. Secondo Vinet, Madame de Staël « est moins un coloriste habile qu’un penseur enthousiaste et un moraliste passionné » ; Id., Études, op. cit., p. 119.

[107] Corinne, IV, IV : « Rome moderne est élevée de quarante pieds au-dessus de Rome ancienne. Les vallées qui séparaient les collines se sont presque comblées par le temps et par les ruines des édifices ; un amas de vases brisés a élevé deux collines nouvelles, et c’est presque une image des temps modernes, que ces progrès ou plutôt ces débris de la civilisation, mettant de niveau les montagnes avec les vallées, effaçant au moral comme au physique toutes les belles inégalités produites par la nature, et qui décorent son aspect » ; ma tavolta « la nature y a repris son empire sur les travaux des hommes, et la beauté des fleurs console de la ruine des palais ».

[108] Corinne, V, III : « […] pourquoi ce séjour ravissant n’est-il pas habité ? l’on vous répond que le mauvais air (la cattiva aria) ne permet pas d’y vivre pendant l’été ». Chateaubriand non si sofferma su tale aspetto, presentando la campagna con un tono maestoso, con i versi di Virgilio « Salve, magna parens frugum, Saturnia tellus, / Magna virum ! » ; Id., Voyage en Italie, op. cit, p. 43.

[109] Ibidem. Nella lettera sulla campagna romana, « L’architectonique naturelle […] est en correspondance harmonique avec la splendeur architecturale de la cité : “Souvent les vallées dans la campagne prennent la forme d’une arène, d’un cirque, d’un hippodrome ; les coteaux sont taillés en terrasses, comme si la main puissante des Romains avait remué toute cette terre […]” » ; J. Clément, « Chateaubriand », op. cit.

[110] B. Le Gall, « Le Paysage Chez Madame De Staël », op. cit., p. 40sq. Si legga anche la descrizione di Venezia, la cui natura sembra artefatta e quindi poco gradevole agli occhi di Corinne, XV, VII: « Le ciel est d’un bleu vif qui contraste avec le vert éclatant de la campagne […] : le ciel et la terre sont ainsi de deux couleurs si fortement tranchées, que cette nature elle-même a l’air d’être arrangée avec une sorte d’apprêt ; et l’on n’y trouve point le vague mystérieux qui fait aimer le midi de l’Italie ».

[111] C. Imbert, Rome n’est plus dans Rome. Formule magique pour un centre perdu, Paris, Classiques Garnier, 2011.

[112] Corinne, IV, V. Cf. Jean Starobinski, L’invention de la liberté, Genève, Skira, 1964, p. 180 : « La poésie de la ruine est poésie de ce qui a partiellement survécu à la destruction […] Le monument ancien était un mémorial […] Mais le souvenir a été perdu, une signification seconde lui succède […] ».

[113] Corinne, livre XV, chapitre IV.

[114] David Matteini, « Il carnevale come soglia del moderno. Permanenze franco-tedesche nella descrizione della festa romana in Corinne ou l’Italie di Germaine de Staël » di prossima pubblicazione in LEA – Lingue e Letterature d’Oriente e d’Occidente, 2020, p. 4.

[115] Madame de Staël, Corinne, XV, IV.

[116] Chateaubriand, Voyage en Italie, « Lettre troisième à M. Joubert », op. cit.

[117] Ibidem. Cf. Ivi, « Lettre à Fontanes » : « […] le cloche du dôme de Saint-Pierre retentit sous les portiques du Colysée. Cette correspondance établie par des sons religieux entre les deux plus grands monuments de Rome païenne et de Rome chrétienne me causa une vive émotion : je songeai que l’édifice moderne tomberait comme l’édifice antique ; je songeai que les monuments se succèdent comme les hommes qui les ont élevés […] », dans M. Fumaroli, « Chateaubriand et Rome », op. cit, p. 456.

[118] Ibidem.

[119] Anche B. Alfonzetti sottolinea che per Madame de Staël « le rovine sono il luogo da cui poter risorgere  », in Id. « La statua in rovina », op. cit., p. 119.

[120] C. Imbert, Rome, op. cit., pp. 361-482.

[121] Corinne, livre IV, chapitre III. Imbert sottolinea che in Corinne una statua mutilata al Campidoglio è « un symbole dont les Italiens ne sont pas conscients » ; Id., Rome, op. cit., p. 313. Cf. B. Alfonzetti, « La statua in rovina », op. cit.

[122] Corinne, livre IV, chapitre III, e chapitre IV : « La lecture de l’histoire, les réflexions qu’elle excite, agissent moins sur notre ame que ces […] ruines mêlées aux habitations nouvelles ». La poétique de Mme de Staël è vicina a Montaigne il quale « voit une superposition entre la Rome antique et la Rome moderne : “On n’y cherche point d’autre fondement aux maisons, que des vielles masures ou voûtes…mais sur les brisures mêmes des vieux bâtiments, comme la fortune les a logés, en se dissipant, ils ont planté le pied de leurs palais nouveaux”. Il met en parallèle la statuaire antique et celle de la Renaissance, quand il fait la liste des statues qui lui ont “le plus agrée à Rome” » ; M. Martinet, Le Voyage d’Italie, op. cit., p. 43. Una poetica analoga è in Childe Harold’s Pilgrimage, IV, CXLVI, vv. 2-8, p. 190 : « Shrine of all saints and temple of all gods, / From Jove to Jesus  […] Pantheon! – pride of Rome!  ».

[123] Corinne, livre XX, chapitre V, Dernier chant de Corinne.

[124] F. Lotterie, « Chateaubriand contre Madame de Staël », op. cit., p. 93.

[125] Ivi., p. 93.

[126] Ivi., p. 102 : « La tribune de l’écrivain se déplace : elle glisse de l’arène publique à la scène mélancolique des ruines, comme dans le livre de Volney, mais elle n’y trouve pas, comme lui, des raisons d’espérer en la construction d’une morale nouvelle qui serait une authentique “science physique”, selon l’expression de l’idéologue. ».

[127] Il Pantheon è « Simple, erect, severe, austere, sublime, / Shrine of all saints and temple of all gods, / From Jove to Jesus » in Id. Childe’s Harold Pilgrimage, IV, CXLVI, vv. 1-3 in op. cit., p. 190. Come per Corinne, inoltre, per Byron : « […] they who feel for genius may repose / Their eyes on honoured forms » ; Ivi, IV, CXLVII. Cf. J. Wilkes, Lord Byron and Madame de Staël, op. cit., p. 104.

[128] Chateaubriand evoca così la poesia di Du Bellay e le Lettres sur l’Italie en 1785 di Dupaty : « […] Rome, c’est son cadavre : cette campagne où elle gît est son tombeau » ; Lettre XLIV, in C. Imbert, Rome, op. cit., p. 433.

[129] Ad esempio, sarebbe interessante comparare più approfonditamente il pensiero dei due autori sugli artisti italiani.

[130] Id., « Les Français à Rome », pp. 105-123 : « La posture fondamentale du voyageur à Rome est donc celle de l’étranger – viator, hospes, pèlerin – qui interroge la ville et scrute la parole de son corps de pierre. La spécificité fondamentale du lieu de Rome est de précipiter dans un théâtre réel un ensemble de représentations abstraites qui ordonnent par avance la vie du voyageur et le panorama complet de sa culture ».